l'AMAP de Magny Les Hameaux

l'AMAP de Magny Les Hameaux

Accueil Actualités Les Infos Article TLN du 5 octobre 2011

Prochainement

Mer 27 Sep 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Mer 27 Sep 18:15 - 19:15
Fromage
Ven 29 Sep 19:15 - 19:45
Légumes de Denis
Mer 4 Oct 18:15 - 19:15
Fromage
Mer 4 Oct 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Mer 4 Oct 18:15 - 19:15
Œufs et volailles
Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
Article TLN du 5 octobre 2011
Lundi, 10 Octobre 2011 17:36
Toutes les Nouvelles N°3328 du Mercredi 5 octobre 2011
Article de David Canova dans Les Nouvelles de St Quentin 
Les Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) se développent
Paniers bio : les raisons d'un succès fulgurant

En l'espace de quelques années, cinq Amap se sont crées à Saint-Quentin et d'autres sont en gestation. Le succès auprès de la population va grandissant et trouvent ses fondements dans un retour à de "vraies" valeurs plus qu'au simple achat de produits de qualité.

Isabelle Salomé, la présidente du Panier des hameaux, fait la distribution avec les autres membres de l'Amap, dans la cour de l'école Louise-Weiss, où la mairie leur a prêté un petit local.

Phénomène récent mais croissant en France, les Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) ne cessent de se développer en France. Au-delà du simple acte d'achat, c'est un acte citoyen pour leurs membres. Le principe est séduisant : le producteur vous fournit chaque semaine un panier de légumes et de fruits de saison. En échange, vous lui garantissez un revenu annuel en souscrivant une sorte d'abonnement.

A Saint-Quentin-en-Yvelines, le nombre d'Amap a quintuplé en quelques années (d'une à cinq). Une croissance exponentielle qui n'est pas sans poser quelques problèmes : non seulement les Amap refusent du monde et sont donc obligées de se "reproduire". Pire, le nombre de producteurs "bio" reste encore très limité et les terres disponibles ne sont pas extensibles.

La sauvegarde du monde paysan

«La première raison de ce succès tient dans le fait de manger mieux, des produits dans lesquels nous avons toute confiance car ils viennent pour la plupart de la filière bio, explique Alain Le Vot, membre du collectif Ile-de-France des Amap

pour Magny-les-Hameaux. Une autre raison est l'attachement au monde paysan, à une agriculture différente et raisonnée. Le fait de préacheter les récoltes, à des prix justes, permet d'assurer un revenu à l'agriculteur toute l'année. La troisième raison tient à la relation directe que nous entretenons avec les producteurs, sans intermédiaire, et avec la possibilité de se rencontrer régulièrement.»

Des produits de qualité et des relations humaines

De nouveaux membres viennent grossir les rangs des Amap chaque année. «On ne vient pas seulement chercher un panier pour repartir directement chez soi, assure Tatiana, membre de l'Amap de Magny-les-Hameaux. On parle, on échange, on discute, on confectionne les paniers, etc. C'est aussi l'occasion de rencontrer des agriculteurs, de connaître leur métier, leurs difficultés, leurs besoins. Certains vous font découvrir des légumes d'antan en proposant des recettes pour les préparer. Et puis, c'est rentable à 15 euros le panier, si vous ne faites pas de complément dans les grandes surfaces.»

Et de poursuivre : «Les Amap stimulent l'économie notamment grâce aux embauches qui sont faites dans le secteur par les agriculteurs qui doivent répondre à une de demande croissante.»

«L'année dernière, nous avons généré 60 000 euros d'achats, confirme Isabelle Salomé, la présidente de l'Amap de Magny. C'est autant d'euros qui ne vont pas dans la poche des intermédiaires ou des grandes surfaces et qui font vivre des agriculteurs responsables.» Et contrairement à l'idée généralement répandue, les Amap ne distribuent pas seulement des fruits et des légumes.

«Nous avons aussi des fromages, des oeufs, des poulets et de la viande, poursuit Isabelle Salomé. Pour les achats de viande, il faut que nous soyons au minimum une vingtaine à en vouloir pour que le producteur puisse abattre un boeuf. Mais la qualité est vraiment au rendez-vous avec une viande véritablement excellente.» A ce rythme, Saint-Quentin pourrait compter une dizaine d'Amap d'ici l'année prochaine.

David Canova

Des producteurs à l'abri du besoin

PRODUCTEUR dans l'Eure-et-Loir, Fabien Bordier a débuté son activité voilà trois ans seulement. A 25 ans, il a dû reprendre la ferme familiale gérée jusque-là par son oncle, malheureusement décédé. Il a alors investi tout son temps à faire tourner l'affaire familiale en diversifiant au maximum ses productions et ses sources de revenus.

La confiance

«Les Amap nous apportent la stabilité et la sécurité, explique Fabien qui travaille déjà avec six Amap en région parisienne. Et cela change tout pour nous. Les rapports sont basés sur la confiance et nous ne négocions pas les prix. Ils sont fixés dès le départ.» Fabien tire ainsi près de 90% de ses ressources des Amap. Mais il leur propose différents produits afin d'assurer ses revenus. «J'ai une cinquantaine de légumes, classiques, en attendant de faire des choses plus rares. Mais en seulement trois ans, il fallait d'abord bien maîtriser la production bio avant de se lancer dans d’autres produits. En parallèle, je fais des céréales et des poulets.»

David Canova

Les bénévoles trient les légumes de Fabien Bordier pour faire les paniers.

 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack