l'AMAP de Magny Les Hameaux

l'AMAP de Magny Les Hameaux

Accueil Nos Producteurs La ferme dans le vent

Prochainement

Mer 22 Nov 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Ven 24 Nov 19:15 - 19:45
Légumes de Denis
Mer 29 Nov 18:15 - 19:15
Œufs et volailles
Mer 29 Nov 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Ven 1 Déc 19:15 - 19:45
Légumes de Denis
Mer 6 Déc 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Denis et Nathalie
La prose du potager - La corotte
Dimanche, 03 Avril 2016 18:55
La carotte est l'un des légumes les plus communs et les plus
consommés. Il est sujet à de nombreux dictons et proverbes,
on l'appelle même encore parfois la pastenade.
La carotte primeur est cueillie jeune entre avril et juillet.
Elle est relayée jusqu'en octobre par la carotte de saison.
Puis en automne et en hiver, c'est au tour de la carotte
de conservation ou de garde.
Si les carottes sauvages peuplent nos prés depuis toujours, les longues racines orangées que nous consommons aujourd'hui ne dérivent pas pour autant de l'amélioration de cette plante champêtre.
En Afghanistan, son pays d'origine, la carotte se pare de violet, de rouge noir, de jaune pâle... C'est elle qui se répandit en Asie Mineure puis en Europe (elle fut apportée en Espagne par les Arabes vers 1000-1100).
Elle était alors longue, conique, jaune ou violette. Bien qu'appréciées pour leur saveur, ces carottes avaient le défaut de trop colorer les bouillons et les sauces. Aussi les carottes oranges obtenues en Hollande à partir de 1600 connurent un succès immédiat. Les variétés actuelles dérivent de cette révolution potagère.
Vive le carotène !
La carotte est caractérisée par sa haute teneur en provitamine A ou carotène, c'est ce qui lui donne sa couleur. Le carotène a de nombreuses propriétés, notamment, il intervient dans le bon état des muqueuses, de la peau et de la vision crépusculaire.
De même, il favorise les actions contre le taux de cholestérol sanguin, l'évolution de l'athérosclérose, le vieillissement des cellules et stimule l'immunité.
Des fibres efficaces. Elles sont particulièrement abondantes et composées en majorité de pectine et de cellulose. Celles-ci sont bien tolérées et permettent de réguler le transit.
 
La prose du potager - La nouvelle équipe
Mercredi, 24 Février 2016 19:33
Andréas (le studieux) – 23 ans : J'ai rejoint l'équipe en Décembre 2015. Je suis à mi-temps afin de poursuivre parallèlement mes études. Après avoir suivi une formation et obtenu un diplôme en menuiserie, mon objectif est de devenir kinésithérapeute.
Florentin (le littéraire) – 23 ans : J'ai travaillé pendant 3 ans en tant qu'Aide médico-psychologique.
Je suis en contrat d'alternance depuis septembre 2015 afin de passer mon BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole). Mon souhait serait de développer dans l'avenir une ferme pédagogique ou de réinsertion.
Ivan (le voyageur) – 21 ans : Au Potager depuis 4 ans, en tant que saisonnier, où j'ai passé mon Bac pro CGEA (Conduite et Gestion d'une Exploitation Agricole). Je suis depuis Janvier 2016 à mi-temps, réparti sur l'année afin de me permettre de continuer à voyager.
La reprise de l'activité par Denis, Nataly et Jacky nous permet de nous investir dans le développement du Potager de la Ferme dans le Vent. C'est très enrichissant et très enthousiasment pour nous.
Nos sommes motivés et désireux de cultiver de bons légumes afin de vous faire découvrir et partager avec vous, le plaisir du goût !!
 
La prose du potager - De l'eau, encore de l'eau, pas évident pour le boulot ...
Mercredi, 13 Janvier 2016 21:57
Et aménagement toujours pour être prêts aux beaux jours !!
Bon, on ne vous apprend rien, il pleut, il pleut et il peut encore ... maussade pour tout le monde et Au Potager pas facile de travailler, on s'embourbe, çà colle, sortir des carottes est un combat !! On nous prévoit du froid, on y croit ...
Pour vous donner une idée, 31mm d'eau semaine dernière, et on commence celle-ci avec 14mm ...
Malgré le temps, on avance doucement mais sûrement au nouvel aménagement des parcelles.
Où se trouvait les animaux, la clôture est retirée, à certains endroits déplacée, afin de remettre en culture 70 ares (0,7ha) aux beaux jours.
Mais aussi préparer notre plus vaste projet, l'implantation des nouvelles serres (2 500m2) et là il va falloir trouver du temps et de l'argent, de tout cela nous n'avons pas fini de vous parler !!
 
La prose du potager - Stockage d'hiver
Mercredi, 16 Décembre 2015 23:43
Stockage d'hiver ... pas de soucis à se faire pour vos paniers !!!
Il y avait fort à faire la semaine dernière ... commencer la récolte des légumes d'hiver, toute une affaire !! Ce n'est pas fini, mais déjà 10 tonnes à l'abri : 3 palox de navet «boule d'or» : 3 tonnes - 2 palox de radis noirs longs : 2 tonnes - 3 palox de radis noirs ronds : 3 tonnes - 2 palox de navets violets : 2 tonnes.
Belle récolte et beaux légumes, on va tous se régaler ...
Cette semaine dans vos paniers, le navet «vertus des marteaux», tendre et sucré.
Le navet, longtemps légume de base d'une alimentation populaire et rurale, est progressivement devenu un légume de diversification. Il revient, pas à pas, par la grande porte, celui de la cuisine gastronomique. Originaire d'Europe, le navet est également présent en Inde depuis des siècles. Des fouilles archéologiques ont permis de comprendre que le navet était autrefois cuit sous la cendre. Jusqu'au XVIIIe siècle, il était consommé au quotidien dans toute l'Europe. Il était surnommé "légume de disette" ou "légume des pauvres". Il a progressivement perdu sa place de choix avec l'arrivée de la pomme de terre.
 
La prose du potager - Le Mesclun
Mercredi, 02 Décembre 2015 22:59
Le mesclun (du provençal mesclum, mélange) est un mélange de pousses et de feuilles de différentes plantes potagères qui se consomment le plus souvent en salade.
Le mesclun aurait été inventé par des moines du monastère de Cimiez (les Pères Franciscains) à Nice. Ils auraient mélangé diverses graines entre elles, créant ainsi le mesclun. La coutume était de l'offrir à leurs bienfaiteurs et aux pauvres les plants qu'ils dédoublaient et qu'ils emportaient dans une espourtoula (sorte de panier à anse, en rotin en forme de capeline renversée).
Il est préparé, au choix, avec notamment de la laitue, de la mâche, de la roquette, de la chicorée, de la trévise, de la scarole, de la feuille de chêne, auxquelles on peut ajouter du pissenlit, des pousses d'épinard, du pourpier et des plantes aromatiques. Le mélange de salades doit comporter un minimum de 5 variétés pour avoir droit à l'appellation.
Au Potager, une petite variante pour notre mesclun : la Mizuna
Elle appartient à la famille des choux de Chine, une variété cultivée pour ses feuilles. Celles-ci sont petites, minces, allongées, finement pennées, et dégagent un goût frais légèrement poivré.
La mizuna verte est très douce.
La mizuna rouge possède un délicieux goût de moutarde et agrémente de son arôme et de sa couleur les mélanges de salades. Les feuilles plus grandes sont déjà plus piquantes. Leurs côtes sont épaisses mais tendres.
Tout comme les autres feuilles de moutarde, le mizuna regorge d'antioxydants, en particulier de vitamines A et C. Il est aussi riche en acide folique, en fibres et en calcium.
Ce mélange, légèrement amer, peut être servi juste arrosé d'un filet d'huile d'olive, mais aussi parfumé avec des fines herbes et de l'ail.
 
La prose du potager - La Mâche, douceur de l'hiver ...
Mercredi, 25 Novembre 2015 21:11
Blanchette, boursette, clairette, raiponce, oreillette ou oreille-de-lièvre,
valérianelle, valérianelle cultivée, herbe des chanoines, en Belgique,
salade de blé, dans le midi de la France, doulcéta, doucette, gallinette,
ou en Savoie et en Suisse romande, rampon, ramponnet ........
Le bassin méditerranéen est le berceau de la salade. Les premières
représentations de salade, dans les tombeaux égyptiens, datent du Vème siècle avant notre ère. La culture de la mâche est apparue en France, sur les bords de Loire, à la Renaissance. On la trouve notamment représentée dans une peinture de Léonard de Vinci, "La Léda et le Cygne", aujourd'hui disparue.
La mâche fait partie, avec la laitue et la chicorée, des 3 grandes familles de salade. C'est une plante de la famille des valérianacées qui, dès l'automne et durant tout l'hiver, développe des rosettes de feuilles rondes, d'un vert foncé, à l'aspect velouté.
La France est le premier producteur européen de mâche devant l'Allemagne et l'Italie, avec 20 000 tonnes produites chaque année.
Ici au Potager, c'est beaucoup plus petit ... mais quand même 38 400 plants vont être plantés pour mettre dans vos paniers !!
Côté santé, ces petits bouquets verts sont plein de bienfaits :
Faible en calories (19 kcal/100 g), la mâche est conseillée dans de nombreux régimes amaigrissants.
Riche en vitamines (elle contient 3 fois plus de vitamines C que la laitue) et en béta-carotènes (pigments permettant de fabriquer la vitamine A), elle possède des vertus antioxydantes, permettant de lutter contre le vieillissement des cellules.
Riche en fibres, elle améliore le transit intestinal et se révèle être un excellent "coupe-faim".
Autre atout très important aujourd'hui, la mâche est riche en Omega 3 : plus de la moitié des matières grasses de la mâche sont des Oméga 3 (soit 240 mg/100 g). En l'arrosant d'huile de noix vous êtes sûr de faire le plein de ces précieux acides gras essentiels permettant notamment de lutter contre les problèmes cardiovasculaires.
Enfin, c'est aussi une très bonne source de vitamine B9 (ou acide folique), qui permet d'entretenir un bon sommeil et évite la fatigue... Certains l'ont ainsi surnommé "la salade anti-stress"...
 
La prose du potager - week-end de chaos
Lundi, 23 Novembre 2015 23:01
Pas de mots pour ce week-end de chaos ...
"Ils ont essayé de nous enterrer.
Ils ne savaient pas que nous étions des graines."
Proverbe Mexicain ...
Petites infos à vous donner après la reprise du Potager
Au Potager, on transforme, on s'installe, on déménage, etc....
Çà c'est le côté technique et physique que nous essayons de gérer au mieux.
Mais il y a le côté administratif (pffff, pas toujours drôle mais obligatoire...), et nous allons faire en sorte qu'il soit facile et pratique pour tout le monde.
Pour vos règlements par chèque, veuillez, svp, mettre l'ordre :
AU POTAGER DE LA FERME DANS LE VENT
A tous ceux qui les adressent par courrier, l'adresse est la suivante :
46, rue du Houssay – 28800 Montboissier (siège social)
Pour nos clients « Paniers Sacs » : à ceux qui le souhaitent, pour plus de facilité, vous pouvez régler par virement. Faîtes-nous votre demande par mail, nous vous adresserons notre RIB, par retour. Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .
Avec tout çà, un arrivage de plus 10 000 petits plants de mâche à planter pour vos paniers d'hiver .... çà va le faire, allez allez au boulot !!!
 
La prose du potager - la Butternut ou Doubeurre
Lundi, 16 Novembre 2015 22:05
La courge butternut est originaire de la partie centrale des Amériques (Pérou, Mexique, sud des États Unis). Il ne faut tout de même pas confondre les gourdes connues sur notre continent depuis l'antiquité, avec les butternuts, la distinction entre les deux légumes n'ayant été faite qu'en 1860. Ce n'est qu'au milieu du 19e Siècle que cette courge sera introduite en France.
Cette courge est riche en vitamines C, B1, B6 et k ainsi qu'en antioxydants, ce qui fait d'elle une bonne alliée pour les froides journées d'hiver. Composée principalement d'eau (92%), son taux de magnésium est élevé ce qui est excellent pour aider à diminuer l'hypertension. Pour le coté bonne mine, la butternut montre par sa belle couleur orangée sa forte teneur en bêta-carotène.
Il est possible de conserver la butternut plusieurs mois, à l'abri de la lumière et de la chaleur (de préférence entre 10 et 12 degrés).
La butternut ou doubeure en français donne de par son nom une idée de la saveur fine et doucement parfumée de cette courge. Crue, sa chair est plus goûteuse que celle d'une carotte mais légèrement âpre. Sa chair se cuisine comme une pomme de terre. Il y a donc de très nombreuses possibilités. En soupe, en velouté, en purée, en gratin, la courge butternut se prête à toutes les expériences et séduit grâce à sa texture crémeuse. Elle se prépare en frites dorées au four, en risotto ou même en gâteaux comme ses confrères à la carotte. Ses graines sont comestibles aussi et délicieuses lorsqu'elles sont grillées au four.
 
La prose du potager - Et le Potager continue à tourner...
Jeudi, 05 Novembre 2015 20:49
Merci Damien pour cette jolie prose de passation et de continuation !!
Beaucoup d'entre vous ont suivi l'histoire de la création de la SCOP «Au potager de la Ferme dans le Vent» (longue et pleine de rebondissements...) mais nous y voilà c'est fait !!
En quels mots, voici l'équipe :
Denis, aux côtés de Damien depuis 10 ans, il a vu, suivi et contribué à la création du Potager. Ce n'est pas sa formation, mais au fil des années il a eu envie de continuer, c'est devenu son vrai métier, sa passion.
Nataly, après des années dans le commerce, a rejoint l'équipe depuis bientôt 5ans (était déjà leur cliente au marché, comme quoi ...). Au fil du temps a appris, à apprécier et plus qu'envie de continuer l'aventure.
Florentin, notre belle rencontre de cette fin d'année. Né (presque sur un tracteur), il connaît l'agriculture. Après des études littéraires et un début de vie professionnelle dans le social, il a eu envie de retrouver ses racines : la terre et la nature. Il a donc repris les chemins de l'école pour 2 ans et passer son diplôme (BPREA) à nos côtés.
Jacky, ami depuis des années, il est devenu notre associé au sein de la SCOP. Il a un métier à l'extérieur, mais à nos côtés dès qu'il faut planter, bricoler, aménager et surement dans l'avenir livrer.
Une autre nouveauté au Potager :
Le Marché (du samedi matin) déménage. Samedi matin (7 novembre), il ouvrira ses portes à Villeneuve St-Nicolas (6, rue St-Laurent) chez Nataly. Bienvenue à tous.
Plus administratif, mais il faut y penser : Pour tous vos règlements par chèque, mettre l'ordre : AU POTAGER DE LA FERME DANS LE VENT. D'avance, merci.
Et surtout un grand merci à vous tous, clients, amis et familles, grâce à vous l'aventure continue....
 
La prose du potager - La roue tourne...
Samedi, 31 Octobre 2015 12:15
Les années passent, les mois s'égrainent un à un comme un chapelet.
Les légumes suivent les saisons, s'effacent pour laisser place à d'autres légumes qui passeront la main à d'autres encore. Est-ce donc cela le mouvement perpétuel ?
Au potager de la ferme, nous l'entretenons ce mouvement, avec les paniers de saison, chaque semaine renouvelés. Et les hommes aussi suivent le cycle des changements.
A l'automne 2008, j'ai eu l'idée tordue de semer les premiers rangs de légumes bio sur la ferme, en pleine Beauce. En faire des paniers? Pourquoi pas! Et vous tous, avez répondu présent!
Denis et Nataly m'ont rejoint depuis des années. Aujourd'hui et précisément le 1er Novembre, je leur laisse la place. La roue tourne et désormais c'est eux qui prennent la barre du Potager.
Je serai maintenant un voisin du Potager et producteur de pommes de terre et de choux pour vos paniers. Je me tourne vers d'autres projets comme celui de passer toute ma ferme en Bio (ce n'est pas encore le cas aujourd'hui).
Durant ces années passées, j'ai eu cette joie, renouvelée chaque semaine, de vous dispenser les fruits de notre travail. Vous nous avez suivis sur ce chemin, permis de continuer et croire en ce que nous faisions.
Maintenant et pour tous les demains, le Potager est entre de bonnes mains. (Et ça rime en plus !)
La roue tourne, Denis et Nataly savent très bien la faire tourner. Ils foisonnent de projets.
Je pars... pas bien loin il est vrai, mais je pars serein, avec une belle pensée pour vous tous, croqueurs de légumes : AMAPiens-ennes, qui n'avez accueillis chaque semaine dans ma tournée, et vous tous, de passage à la ferme ou prenant un panier quotidien.
Toutes et tous merci mille et mille fois ! Et Bon Vent...
 
La prose du potager - Le céleri-rave
Jeudi, 29 Octobre 2015 00:00

Originaire du bassin méditerranéen, le céleri est issu de l'ache des marais, qui poussait dans les zones humides d'Europe. Le nom latin de l'ache, "Apium" veut dire "qui croît dans l'eau". Ce mot désignait également le persil, qui est un proche cousin du céleri.

On connaît l'ache depuis la haute antiquité, en Europe et en Asie. Cette plante sauvage au goût très fort était utilisée comme herbe aromatique et médicinale.

Aujourd'hui, le céleri est toujours reconnu pour ses nombreuses propriétés, notamment toniques et diurétiques, par les diététiciens, (il traîne aussi une longue réputation de pouvoirs presque « magiques » : guérison de la mélancolie, choix du sexe d'un enfant à naître, lutte contre les maux de dents, d'aphrodisiaque, plus ou moins méritée...).

L'ache entrait dans la composition de la porée, la soupe quotidienne du Moyen-âge. A partir du XVIe siècle, elle va devenir, grâce au travail des botanistes, un véritable légume. En l'enterrant, ils la font blanchir et adoucissent son goût, le céleri-branche, ou «céleri à côtes» est né. Venu d'Italie, il se fait connaître en France au XVIe siècle. Le céleri-rave va nous parvenir de ce même pays deux siècles plus tard - cette fois, c'est sa racine que l'on a fait grossir.

Le céleri-branche est cultivé pour ses feuilles, ses tiges (ou côtes) et ses graines... Ses tiges, charnues et côtelées, réunies à la base en un pied, et qui sont en fait les pétioles, se mangent cuites ou crues en salade. Ses feuilles sont utilisées comme fines herbes, relevant les soupes et les sauces. Ses graines, très parfumées, servent d'épices.

Quant au céleri-rave, on utilise sa racine, qui a la forme d'un gros bulbe.

Pour finir, rappelons que le céleri sauvage est toujours consommé : il s'agit de la variété « céleri à couper ».

 
La prose du potager - Récolte des courges
Mercredi, 30 Septembre 2015 19:38

Pour la deuxième année, nous renouvelons l'opération de la récolte des courges !

A vous tous, Clients et Amis, souhaitant venir partager cette journée

*Rendez-vous à la ferme à 11h

(le marché sera ouvert jusqu'à 12h30)

*Visite des serres et des terres

*12h30 : Déjeuner partagé (chacun amène un plat de son choix)

*14h30 : Récolte des courges

 
La prose du potager - Recettes Chou-fleur !
Mercredi, 23 Septembre 2015 21:58
Les voili, les voilà, les premiers choux-fleurs, ils sont beaux, ils sont bio, ils sont bons, oui oui ...
A cuisiner, que du bonheur !!
Cette semaine pas de blabla, et deux recettes, à vous de choisir, en fonction de vos envies, les légumes sont dans vos paniers.
 
La prose du potager - Le Chou Kale, kezaco ... allez on vous dit tout !
Mercredi, 16 Septembre 2015 18:35
Le kale fait partie de ces légumes, semble-t-il, que les gens soit adorent, soit détestent carrément! Mieux connu chez les Anglo-Saxons, il fait peu à peu sa place au Québec, probablement grâces à la multiplication des marchés-fermiers et à sa popularisation par le mouvement d'alimentation naturelle et les médias. Heureusement, car il fait partie du top 10 des aliments les plus nutritifs qui soient, toutes catégories confondues!
Pour son histoire, on dit du kale qui vient de la région méditerranéenne et qu'il était un aliment de base chez les paysans au Moyen-âge. Puisqu'il pousse bien et qu'il résiste à des températures aussi basses que -15°C, il a longtemps été un légume d'hiver fort prisé, particulièrement en Écosse, en Allemagne, en Hollande et en Scandinavie. Il a été apporté aux Etats-Unis par les Anglais au XVIIe siècle.
Le kale est très riche en vitamine C (plus qu'une orange!), vitamine A, en fer, en fibres, en calcium et en potassium. Il représente aussi une bonne source de protéines. En lui ajoutant des graines de citrouille, par exemple, on obtient une salade-repas qui soutient!
Pour nous Au Potager, nous avons voulu tester car tous les maraîchers aiment le kale! Puisqu'il est proche de son ancêtre sauvage, le kale n'est pas un légume capricieux. Il est au contraire un légume écologique, qui demande peu d'espace, peu de manipulation, à peine d'entretien. En plus, une seule plantation de kale produit toute la saison, et reste debout jusqu'en décembre!
Toute la feuille de kale se mange, à l'exception de la nervure centrale qui est la plupart du temps trop coriace. Le kale a le goût du chou, mais avec une saveur un peu plus prononcée.
Il se mange cru ou cuit. Cru, on le masse pour le rendre plus tendre, ou on le laisse macérer une vingtaine de minutes dans une vinaigrette.
Le kale peut être cuisiné d'une multitude de façons.
Pour cette semaine, nous allons commencer par une salade, testée et appréciée Au Potager.
 
La prose du potager - Savez-vous planté les choux, à la mode, à la mode ....
Jeudi, 10 Septembre 2015 20:35
A la mode de chez nous ils sont multiples, variés, colorés, de toutes formes et pour tous les goûts.
Blanc, rouge, frisé, chinois, de Bruxelles, de Pontoise, Romanesko et Kale ... à vous de goûter !!
Cette semaine dans vos paniers, c'est le Chinois que vous allez trouver.
Pour ceux d'entre vous qui le découvrirait, voici son histoire :
Le chou chinois tient à la fois du chou blanc et de la salade. De forme allongée, ses feuilles vert pâle sont tendres et fines, et ses côtes bien blanches sont croquantes. Encore peu connu en Europe, c'est un légume très consommé dans les pays asiatiques, où on l'appelle Pe Tsaï, Pak Choï ou encore Bok Choy, et s'utilise cru ou cuit. Aussi délicieux que riche en antioxydants, vitamines et calcium, il mérite d'être mis au menu plus souvent.
Son nom botanique est Brassica rapa var. pekinensis, du moins pour la variété la plus courante en Europe, car il en existe plus de 30 différentes. Il appartient à la famille des Brassicacées, ou Crucifères, comme tous les choux. La meilleure saison du chou chinois est l'automne, car il aime les températures un peu fraîches. Il est apprécié pour son caractère hâtif : 50 à 60 jours suffisent entre le semis et la récolte.
Origine et histoire
Les origines du chou chinois sont sans doute très anciennes. Il serait l'un des premiers choux à avoir été domestiqué. Il serait le résultat d'un croisement entre deux plantes de la famille des Brassicacées, le navet occidental (ou le colza, le doute subsiste) et un légume à feuilles asiatique, appartenant à l'une des nombreuses variétés voisines de notre chou chinois. Sa culture pourrait, selon certains chercheurs, remonter à 7000 ans. En Occident, le chou chinois n'a été introduit que vers la fin du XIXe siècle.
 
La prose du potager - Les dégâts du ven
Mercredi, 02 Septembre 2015 21:52
Les dégâts du vent ... oubliés, réparés, çà n'a pas chaumé au Potager !
En 48 h chrono, mini-pelle louée, tranchées effectuées, serres rebâchées, trous rebouchés, Denis a assuré (avec l'aide de Didier et Marc), tout est réparé !!!
 
 
Voili voilà, tous nos petits légumes sont de nouveau à l'abri.
Les légumes d'été continuent à pousser, pour certains même à nous dépasser...
Les tomates cocktail donnent à foison, elles sont dans vos paniers et sont très sympa à cuisiner, en salade, en tarte (recette au dos), farcies crues à l'apéro, etc ....
Et surtout délicieuses !!
Nous avons aussi trouvé le temps de planter fenouils et blettes pour vos paniers d'automne.
Bonne rentrée à vous tous, petits et grands.
 
La prose du potager - Le 15 Août : Tournant dans l'année agricole.
Dimanche, 30 Août 2015 13:03
Nous sommes à la 34ème semaine de l'année et c'est un peu la fin de l'année agricole.
La moisson est terminée, la Beauce est devenue une grande plaine presque désertique. C'est le temps où l'on prépare la prochaine saison de céréales. Chacun s'affaire à retourner les chaumes et choisir les nouvelles semences.
En maraîchage, il y a de cela aussi.
Les cultures de garde, pour cet hiver, doivent être semées avant le 15 août. Après ce n'est plus l'heure. Les jours raccourcissent et les températures glissent vers l'automne.
Dans les serres, les cultures d'été comptent leurs derniers jours, pour se faire remplacer par de nouvelles ; comme les blettes, les fenouils et les épinards. Dans un mois et demi, les plants de tomates laisseront leur place aux mâches et aux salades.
C'est une course contre la montre qui se joue maintenant avec le temps.
L'été a encore de beaux jours à vivre mais l'automne tire la couverture à lui.
En agriculture, le quinze août marque le début des grosses récoltes de légume de garde comme les pommes de terre. En agriculture biologique, ces récoltes se font le plus tard possible pour permettre à nos chers racines ou tubercules une bien meilleure conservation et un goût digne de ce nom...
Ce lundi, nous avons fait des prélèvements de pommes de terre pour évaluer la récolte future.
Comme chaque année, nous estimons le tonnage de pommes de terre avant récolte et nous sommes tombés sur un rendement hypothétique de 25 tonnes/ha. C'est plutôt bien.
Vous aurez de quoi manger cet hiver... 25 tonnes fois 2 ha, cela nous fait énormément de pommes de terre à mettre dans les paniers et donc énormément de pommes de terre à manger, chers croqueurs de légumes.
Pas de famine en perspective, tout va bien !
Bonne semaine
 
La prose du potager - Petit cours pratique de désherbage !
Mercredi, 29 Juillet 2015 19:26
En agriculture biologique, le désherbage chimique est remisé au placard des objets obsolètes. Bon nombre de personnes, septiques sur la modernité de la bio, pensent que l'on ne pourra jamais désherber la terre entière avec une binette si l'on veut nourrir le monde.
Voyons donc comment concrètement sur le potager, nous tentons de lutter contre les herbes indésirables !.
En premier lieu, nous confessons à tous ces septiques que nous n'avons pas l'orgueil de vouloir à tout prix nourrir l'humanité mais que nous faisons ce que nous pouvons. Chaque jour est une leçon, nous apprenons à vivre avec les lois de la nature.
Comme la nature à horreur du vide, l'herbe, bonne ou mauvaise, pousse, pousse dès que de l'espace lui est laissé. Une plantule deviendra une belle et grosse plante couverte de graines, qui referont de nouvelles plantules par milliers si nous laissons pousser tout ce petit monde.
Le sol est un réservoir de graines, par milliers au m². Il y a donc toujours des graines prêtes à germer partout et en tout lieu.
Pour nous l'objectif principal est de diminuer ce stock de graines.
- en évitant la montée à graine et l'ensèmement,
- en binant pour laisser le plus propre possible une culture en place.
Plus facile à dire qu'à faire !
Les outils du parfait chasseur d'herbes indésirables :
-la bonne vieille binette, nous l'utilisons le moins possible, juste pour de petites surfaces comme sous les serres. Elle impose un temps de travail long et pénible.
-La herse étrille, plutôt utilisée en grande culture, elle gratte énergiquement toute la surface du champ et fait ''sauter'' les plantules. Si la culture en place est bien enracinée, il n'y a pas de problème d'arrachage pour elle. Nous l'utilisons sur les poireaux, les choux et céleris. Cette herse permet surtout le binage dans le rang de culture.
-La bineuse, outil utilisé avec un chauffeur sur le tracteur et un guideur, installé sur un siège à l'arrière de la bineuse. Cette bineuse travaille entre les rangs, grâce à une série de socs ou de dents. Nous passons au plus près de la culture en place sans y toucher. Le guideur n'a pas à s'endormir, ni à rêver ne serait ce qu'une seconde. C'est lui qui guide les socs grâce à un manche combiné à un assemblage de biellettes qui permettent le déplacement ''gauche droite'' des socs. L'erreur est fatale et les socs coupent aussi les plants de culture.
Nous arrivons en fin de page ah ben flûte alors... la suite la semaine prochaine...
 
La prose du potager - Enfin, la pluie !
Jeudi, 23 Juillet 2015 20:30
C'était la fête au potager dans la nuit de samedi à dimanche.
Il faisait nuit, on a rien vu, rien entendu mais qu'est ce qu'il a plu. Eh oui, la pluie, ça existe encore. Courte et Violente ! En un quart d'heure il est tombé 18 mm. Depuis 2 mois ½, pas une goutte et là un belle saucée, en un rien de temps.
L'eau de pluie est bien plus efficace que l'arrosage. Nous le constatons ici, sur la culture de choux. Elle n'en finissait pas de démarrer sa croissance et là par le don du ciel la voilà qui décolle de terre.
Il n'est pas simple de gérer l'eau dans les cultures. L'an passé, à cette date nous étions avec les cirés sur le dos à nous plaindre de l'excès de pluie.
Aujourd'hui c'est le contraire.
Avec cette pluie, c'est 2 heures de travail en moins par jour. Déplacement des tuyaux, des cannes d'arrosage, réparation des fuites etc... et des heures en moins c'est du temps pour souffler en plus. C'est bien agréable.
Sous les serres, la gestion de l'eau est bien plus simple. C'est en appuyant sur un bouton que l'on fait pleuvoir...c'est cool enfin presque.
Avec ce temps chaud, les légumes poussent à merveille...et les insectes ravageurs aussi. Si nous vous parlons d'altises, c'est petit coléoptère noir que l'on trouve sur les feuilles de radis, de navets et de choux. Ils piquent la feuille des plantes à longueur de journée. Cela provoque le jaunissement. Nous n'avons que peu de moyen de destruction de cet insecte sinon l'arrosage journalier et le binage qui gênent leur petite vie tranquille
 
La prose du potager - Oyé, Oyé, avis aux croqueurs de légumes
Jeudi, 16 Juillet 2015 18:28
Les personnes désirant mettre des fèves au congélateur pour l'hiver, peuvent commander cette semaine pour être livré la semaine prochaine (semaine 30).
Le prix est de 2,5 €/kg. Faîtes cela par mail ; c'est simple...
Tous les légumes d'été sont en production mais il y a aussi les légumes toute saison comme les blettes. Cette semaine : cotes de blettes. Dur dur pour les mollets, en cette période de tour de France.
Les Blettes ou bettes ou cardes selon les régions se cultivent en plein champs en cette saison.
Toutes les récoltes se font le matin à la fraiche, pour ne pas abimer les feuilles fragiles au soleil.
Cette semaine est La semaine de l'année, celle qui est marquée d'une croix rouge, noire, ou bleu azur, selon les résultats des rendements de céréales. Et oui, c'est la semaine de la '' moisson à la ferme ''.
Même si ce travail est fait par un voisin, avec sa moissonneuse batteuse, c'est l'aboutissement d'une année de travail qui se fait dévorer en une semaine.
A l'issu de cette semaine, c'est une grosse partie de la trésorerie de l'année prochaine qui est en jeu.
Pour nous c'est aussi une multiplication du travail par deux. Moisson et potager ou bien, potager et moisson.
Cela ne dur qu'une semaine mais c'est chaque année la même chanson.
On y est habitué, c'est comme cela, c'est le métier.
 
La prose du potager - De l'eau et pas d'eau !
Jeudi, 16 Juillet 2015 18:26
Les tomates au potager sont enfin mûres !!!
Toutes sont cultivées sous serres, ce qui évite bon nombre de maladies tel le mildiou, fatal à cette culture. Les feuilles de tomate n'aiment pas l'eau.
Les variétés de tomates que vous allez trouver dans votre panier sont la classique ronde Paola, la cocktail Dévotion, la Green Zebra jaune et verte, la petite prune noire, la Rose de Berne succulente et fragile.
Pour les variétés anciennes, il est souvent important de les consommer rapidement. Elles sont fragiles et ramollissent vite. C'est le revers de la médaille. Très bonnes, voir excellentes en goût mais vite ramolos...
Cette semaine, nous commençons avec la Paola et la Dévotion.
Mais ce qui nous préoccupe en ce moment, c'est la canicule et la sécheresse qui sévi depuis 1 mois 1/2.
Pour les légumes, l'arrosage est là pour pallier au besoin en eau des plantes.
Au potager, on ne chaume pas à déplacer les cannes d'arrosage et les tuyaux. Par cette chaleur, un pépin est vite arrivé. La semaine dernière, 800 salades ont été plantées et elles n'ont pas résisté à cette chaleur. Lundi, toutes sont mortes de desséchement.
Par contre pour les céréales, dont la moisson démarrent maintenant, nous ne voulons pas d'eau, mais pas du tout. Comme la sécheresse a déjà rogné les rendements, la moindre pluie détériorerait la qualité des blés tendres, des blés durs et des orges de printemps.
Et oui pas simple d'avoir de l'eau quand il en faut ... ou pas !
Pour les paniers, nous n'avons encore prévu de vous mettre des bottes de blés...
 
La prose du potager - Irrigation et récolte de fèves!!
Lundi, 06 Juillet 2015 21:19
Vous l'avez remarqué, c'est une belle sécheresse que nous avons là.
Pour le potager, l'irrigation est là pour nous aider à avoir de belles récoltes. Mais l'irrigation est un travail de tous les instants. Déplacer les tuyaux, irriguer, réparer les fuites et les pannes. Le travail ordinaire en somme.
En cette saison nous surveillons les lièvres qui raffolent de jeunes feuilles de choux que nous venons de planter. Les lascars sont capables de manger une centaine de plants chaque nuit. Pour pallier à cette fringale, la clôture électrique est imparable. Les lièvres n'aiment pas les châtaignes en cette saison.
C'est l'époque des fèves. La nature est régulière et l'an passé, les fèves arrivaient dans les paniers en semaine 28. Nous sommes semaine 27. C'est du grand art...
Nataly, vous a trouvé une recette de derrière les fagots et nous lui faisons confiance pour trouver La Recette plus plus.
Pour la culture, les fèves sont simples à faire. Une grosse graine que l'on enterre à 10 centimètres, de l'eau régulièrement, trois ou quatre binages est le tour est joué.
C'est un légume bien connu et apprécié dans le bassin méditerranéen.
Il y a deux ans nous avions fait appelle à des saisonniers pour la récolte des fèves. Les personnes étaient d'origine turc. En fin de journée, chacun repartait à la maison avec des fèves. Et c'était la fête pour eux...des fèves comme au pays.
La récolte se fait en deux fois et à quatre pattes, la plante mesure 80 cm maximum et cette semaine elle se fait sous le cagnât.
Bonne appétit
 
La prose du potager - Le concombre et l'aubergine arrivent en force !
Mercredi, 17 Juin 2015 20:01
Le concombre, est un sacré phénomène dans les jardins. Après la courgette, il fait partie des premiers légumes d'été. Ouf... si tout va bien sous serre pour lui, chaque pied fourni très vite 2 à 4 fruits par semaine. Nous avons un demi-tunnel de pieds de concombre. La conduite de sa culture ressemble à celle de la tomate et de l'aubergine. Ce sont des plantes que l'on taille régulièrement pour avoir moins de fruits, mais plus gros. Tailler veux dire couper les branches secondaires et ne laisser qu'une tige principale. Cette tige grimpe le long d'une ficelle jusqu'à 2 m 50 puis faute de support elle pousse en retombant. A chaque feuille se trouve le départ d'un fruit. Pour éviter une semaine de surproduction, nous éliminons un fruit sur deux ou plus en fonction de nos besoins. Ainsi la plante aura tendance à vivre et produire plus longtemps.
Il y a une foule de variété de concombre. Nous avons choisi le court Epineux dit ''Noah''. Rare dans le commerce, c'est un concombre rustique, d'une bonne conservation. Rarement amère, il doit être cueilli quand ses petites épines sont encore présentes sur le fruit. Le cornichon est son cousin qui trop gros peut être mangé comme un concombre.
Dans la famille des concombres, vous trouverez les types longs lisses (les classiques), les courts épineux, les courts lisses, les types cocktail.
Le concombre a des fans : les pucerons, qui colonisent les feuilles, pompent la sève de la plante, qui meurt petit à petit.
Cette année, nous découvrons la lutte biologique avec des insectes prédateurs du puceron achetés dans une coopérative spécialisée.
Nous allons récolter des coccinelles dans la plaine pour les transplanter dans les serres de concombres et d'aubergines, infestées de pucerons.
Le concombre est un légume miracle pour la santé et pour bien d'autre chose : dixit un document dernièrement reçu :
- il est riche en vitamine et c'est un bon coupe faim,
- vous pouvez l'utiliser pour nettoyer les éviers et les robinets de leur tartre,
- prenez une tranche de concombre, frottez-là sur une charnière grinçante, plus de bruit,
- des tranches de concombre dans un plat en alu feront fuir les insectes nuisibles de votre jardin,
- il peux même servir de cirage pour faire briller vos chaussures.
A tester, et mettre dans votre boite à outil....
Cette semaine, nous avons récolté les premières aubergines du potager. L'été arrive...
 
La prose du potager - Les effets de la lune! Les effets de la météo !
Mercredi, 10 Juin 2015 18:33
Il y a quatre mois, dans ces lignes, nous avions parlé de la lune et du calendrier lunaire. C'était à l'occasion d'un semi de carotte fait en plein nœud lunaire, moment au combien néfaste pour le travail au jardin. Nous avions, à l'époque, gémi à chaudes larmes sur nos pauvres petites carottes à qui nous infligeons un handicap de taille.
Cette semaine nous commençons la récolte des dites carottes pour les paniers.
Cette récolte, qui va s'étaler sur un mois, est superbe. La lune a-t-elle eu un effet ?
Nous n'en savons rien.
Peut être que la récolte aurait été meilleure si le semi avait été fait en d'autres dates ?
Peut être que le goût aurait pu exceller d'avantage ?
Peut être que la conservation de ces carottes sera médiocre ? Mais il y a des chances qu'elles soient mangées avant longtemps !
Ou bien, ou bien, peut être mais l'on ne sait !!!
Les résultats et hypothèses ne sont pas probants.
Maria Thun, qui a œuvré en étudiant les effets de la lune dans son potager suisse, a observé toute au long de sa vie, expériences après expériences, des milliers de détails sur les plantes en relation avec les astres. Tout a été consigné et des tendances ont été relevées pour constituer ''le calendrier lunaire de Maria Thun''.
Ce sont bien des tendances et à affiner avec l'expérience d'une vie....
Par contre, les effets de la météo actuelle sur les plantes sont bien marqués et sont à effets immédiats. Il fait un peu sec, et le vent du nord n'aide en rien.
Les légumes poussent bien grâce à la chaleur et à l'eau que l'on apporte, mais dans les champs, les cultures de céréales ne sont pas à la noce. Elles sont au pain sec et s'est bien dommage car la récolte était prometteuse.
Pour la lune, nous allons continuer à suivre au mieux les indications du calendrier, mais pour la météo, nous allons continuer de pester !!
 
La prose du potager - Terre à choux...!
Vendredi, 05 Juin 2015 18:35
La terre de Beauce est une terre à Blé mais elle pourrait être une terre à choux.
Terre riche, elle est idéale pour cette culture. Et pourtant, des choux, on en voit peu dans la plaine. Les bretons ont depuis longtemps, pris le monopole du chou-fleur et du brocoli. Si là-bas, la terre y est bonne, le climat doux de Bretagne, permet de faire pousser du chou toute l'année. En Beauce, dès novembre, la saison est finie. Les gelées d'hiver ont raison de cette culture.
Au Potager, nous nous sommes quelque peu intéressé au chou sous toutes ses formes.
Avec presque deux hectares, c'est la culture la plus étendue.
Semaine 22, nous recevions 11000 plants de choux (rouge, de Bruxelles, romanesko, kale, ou pomme).
Semaine 23, en ce moment, nous mettons tout ce petit monde en pépinière.
Chacun doit forcir une à deux semaines avant d'affronter le plein champ avec ses dangers : les lièvres croqueurs de tout ce qui pousse, le manque d'eau et les herbes folles qui poussent plus vite que nos choux.
Nous recevrons dans trois semaines, le reste de nos plants, comme le chou frisé vert, le chou frisé de pontoise et encore du chou-fleur. Quand on aime...
Au total 25000 choux à planter.
Pour l'heure, nous préparons le terrain, installons une clôture électrique contre nos ''bien-aimés'' lièvres, soit 680 mètres de fil.
Dans les serres, c'est le bonheur. Les tomates font leur mètre vingt de haut et des tomates vertes, de la taille d'une balle de ping-pong, nous narguent.
Denis bichonne au mieux cette partie du potager que sont les serres.
Il est probable que la première tomate sera au rendez-vous le 20 juin !!!!
La pression est donc forte car c'est un challenge sous nos climats et notre matériel.
 
La prose du potager - La Cive
Lundi, 01 Juin 2015 20:26
Cive, civette, ciboule ou ciboulette, on peut parfois s'y perdre ; il faut dire qu'au gré des régions, les appellations divergent ! Si civette reste attachée à la ciboulette, cive a été employé pour désigner, tantôt la ciboule, tantôt la ciboulette.
La cive est une plante aromatique qui appartient au genre Allium et à la famille botanique des alliacées. On retrouve dans cette famille : la ciboule, la ciboulette chinoise, l'échalote, l'échalion, l'oignon, l'ail et le poireau.
La cive ou ciboulette est une plante qui possède une longue histoire tant sur le plan culinaire que médicinal. Il y a plus de 5000 ans, les chinois cultivaient déjà la cive qu'ils utilisaient non seulement pour cuisiner mais aussi comme remède naturel contre les hémorragies et comme antidote contre le venin. Au moyen âge, la cive a été utilisée comme remède contre la mélancolie et comme amulette pour chasser les mauvais esprits.
En cuisine, les feuilles fraîches et crues de la cive ou ciboulette sont hachées finement pour aromatiser les crudités, les salades, les salades composées, les soupes, les pommes de terre et certains fromages.
Le goût piquant et aromatique de ce condiment lui vient de sa forte concentration en composés soufrés et en huiles essentielles (Vous comprenez mieux maintenant pourquoi cette plante s'utilise également en médecine naturelle).
Les feuilles cuites sont également employées pour donner du goût et de la saveur à certains plats de viandes ou à certaines sauces. En France, il est fréquent d'utiliser la cive pour assaisonner l'omelette.
Cette semaine pas de recette, mais des trucs et astuces pour la conserver et pouvoir en profiter une fois l'été fini ...
 
La prose du potager - Le printemps des légumes est arrivé, enfin...
Lundi, 01 Juin 2015 20:23
La vraie nouvelle saison de légumes commence toujours par l'arrivée des courgettes.
Ce n'est plus une chimère, elles sont là et chaque jour nous sortons des serres 9 à 10 kg de courgette s'il fait soleil. C'est un peu la fête au potager, c'est une page qui se tourne. L'été doit sûrement naître dans les courgettes !
La première variété de courgette plantée est parthénocarpique. C'est à dire qu'elle a la faculté de se reproduire par elle même, sans l'aide d'insectes pollinisateurs.
En cette saison, les bourdons, principaux pollinisateurs ne sont pas encore présents pour faire ce travail essentiel. Nous retrouvons le même problème avec les premiers bouquets de fleurs de tomates. Pour elles, nous utilisons éventuellement de petit bassinage mais aussi le secouage des plants en tapant sur les ficelles tutrices. Cela aide tant bien que mal à la pollinisation sous serre, où le vent manque un peu.
La courgette est une plante dont la reproduction se fait avec des fleurs mâles et des fleurs femelles sur le même pied. La courgette n'est produite qu'à partir de la fleur femelle. Ainsi une partie des fleurs d'une plante ne donnent jamais de fruit (les fleurs mâles).
Cette plante aime l'eau, la chaleur et le soleil, mais craint les zones venteuses.
Les oignons font leur retour. C'est notre voisin, le jardin d'insertion Soli-Bio, qui nous les fournit cette semaine. Les échanges entre nous sont monnaie courante. Nous leur fournissons cette semaine des salades.
L'année se profile plutôt bien avec une météo clémente. Ouf, enfin, mais touchons du bois !
Seul gros nuage dans le ciel du potager, l'installation de Denis et Nataly tarde, les banques restent frileuses au financement et leur projet doit s'adapter à cette donne.
Nous sommes donc ici, un peu sur les dents et la question principale est comment avancer dans ce contexte. Nous vous tiendrons au courant de ce périple vers l'installation au fil des semaines avenir.
Pour l'heure, nous avons 2500 plants de courges, 5000 poireaux et 3000 céleris raves à transplanter avant la fin de la semaine.
 
La prose du potager - Les betteraves dans le potager
Lundi, 01 Juin 2015 20:19
Les serres nous servent bien en cette période serrée en approvisionnement de légumes. Après les navets nouveaux, les betteraves rouges sortent des serres.
Légumes racines, elles ont un gros volume de feuilles. Celle-ci sont comestibles comme les épinards, les blettes et l'arroche, tous de la famille des chénopodiacées.
N'hésitez pas à cuisinez les feuilles à part des racines et vous obtiendrez quelque chose de proche des feuilles d'épinards. Plein d'info et de recettes sur ce site : http://papillesestomaquees.fr/les-legumes-de-a-a-z/betterave !!
La plantation s'est faite début mars pour une récolte maintenant.
Nous faisons une nouvelle plantation en plein champs dans quelques jours pour une récolte fin d'été et un semis plein champs pour les betteraves de garde.
La betterave est un drôle de légume. Elle est potagère et souvent rouge pour vos paniers, mais elle est sucrière, énorme et blanche comme principale matière première des sucreries de France. Elle peut être fourragère mais là nous n'en mettrons jamais dans les paniers. Aucun intérêt gustatif. Il faut être vache pour les apprécier. C'était pourtant une culture très répandue en Beauce du temps où il y avait des animaux.
Cette semaine est marquée par la récolte des premières courgettes, sorties elles aussi des serres. Pas encore en suffisance pour les mettre dans les paniers, alors patience, nous tenons le bon bout.
Période de désherbage manuel ou mécanique dans toutes les planches de plein champ, nous allons démarrer aussi les plantations de céleri rave, de poireaux d'été, de concombres et nos habituelles salades à planter tous les 15 jours.
Voilà le travail de la semaine, sans compter la taille des gourmands de tomates et d'aubergines ainsi que la construction d'une petite serre pour loger de nouveaux plants de tomate. L'objectif est la pleine récolte en septembre-octobre quand la production des premières déclinera. On essaie de penser à tout...ou presque.
Et nous pensons déjà aux cultures d'hiver.
 
La prose du potager - Savez- vous planter les pommes de terre à la mode de... ?
Lundi, 01 Juin 2015 20:13
Voici la saison des plantations de pommes de terre en plein champs.
Si vous vous promenez sur les routes de campagne, vous verrez des remorques, bennes relevées et des tracteurs faisant la navette, de long en large dans les champs.
Voici les chantiers de plantation de pommes de terre.
Pour nous aussi, cette période arrive. Voici un petit exercice de-robinet-qui-fuit, d'arithmétique que nous vous proposons. Ce petit calcul que nous avons la malice de vous suggérer, nous le faisons chaque année, quelques semaines avant les grandes manœuvres patatières. A vos neurones !
-Soit 221 tubercules dans 10 kg de plant de pommes de terre,
-Soit un écartement de 35 cm entre les tubercules plantées,
-Soit un écartement de 90 cm entre les axes des buttes de terre couvrant les pommes de terre dans les champs.
-Sachant que nous avons un champs de 420 m de long et que nous voulons y planter 2 ha 70 environ de pommes de terre (soit 25 700 m²).
-Combien faut-il de kilos de plants de pommes de terre, dans le champ, le matin du chantier ?
-Et combien de buttes parallèles y aura t-il à la fin de la matinée, quand les 2 ha 50 seront plantés ?
Pour le plaisir, compliquons l'exercice : Il y a 3 variétés différentes, réparties en 1/5 de Samba, 3/5 d'Allians, 1/5 de Charlotte et un chouia de Rosabelle. Si la quantité de Rosabelle est comptée comme nulle, combien y a t-il de kg de plants de chaque variété ?
Nous pouvons aussi vous proposer la même chose avec les plants de poireaux, les graines de courges d'automne et les semences de navets et de carottes, la quantité de compost à épandre, etc....
Maintenant qu'il existe des calculettes sur les téléphones portables, vous n'imaginez pas le service que cela nous rend, quand au beau milieu d'un champ, tout crotté, une envie irrésistible de calculer nous prend...( Réponse quand nous aurons planté ).
 
La prose du potager - Le projet d'installation au potager
Vendredi, 10 Avril 2015 18:16
Depuis plusieurs mois, l'équipe du potager, Denis, Nataly et moi-même sommes en préparation d'un grand virage pour l'avenir de notre activité, de notre travail : l'installation en maraîchage de Denis et Nataly, par leur reprise du Potager de la ferme dans le vent sous forme de SCOP (société coopérative ouvrière de production).
Il s'agit pour eux de continuer la production des légumes, sous serres et dans les champs et leur vente au travers de vos paniers. Cette installation est l'aboutissement de plusieurs années de réflexions, d'avancées et de reculs, de décisions importantes. Nous en sommes maintenant à la phase cruciale : l'accord de la banque pour le financement du projet. La période étant à la frilosité ambiante, ce partenaire exige un certain nombre de garanties, de cautions mais aussi l'assurance que les clients d'aujourd'hui seront bien clients demain, etc...
La foi dans la solidité du projet reste inébranlable, malgré un parcours du combattant bien réel. Cette foi tient aussi à vous tous, croqueurs de légumes, par votre fidélité et vos messages de soutien. Nous sommes prêts à passer le nouveau cap. C'est le 40ème rugissant en mode tempétueux ces jours-ci mais nous le savons, devant la route file bon vent.
Pour ma part, je cèderai ainsi la barre à Denis et Nataly pour me focaliser sur les cultures céréalières de la ferme. L'objectif est de passer l'ensemble de la ferme en agriculture biologique, dans de bonnes conditions. J'assurerai pour les paniers, les légumes d'automne-hiver que sont les pommes de terre et les choux.
Avec Denis et Nataly nous serons voisins et collègues. Chacun dans sa structure agricole propre, nous continuerons à travailler ensemble par des échanges tout au long de l'année. Beaucoup parmi vous ont suivi les méandres de notre aventure.
Nous sommes toujours heureux de dire et expliquer les tenants, les aboutissants, les choix que nous faisons ensemble sur ce potager, vieux de 6 ans et demi. C'est avec plaisir que nous accueillerons vos questions, vos commentaires et votre soutien sur nos différents projets professionnels sur cette Ferme Dans le Vent.
Que la route que nous choisissons de prendre demain, nous pousse vers un bel avenir !!
 
La prose du potager - Gros plan sur les poireaux !
Lundi, 06 Avril 2015 21:28
Semaine Poireaux, avec une majuscule, s'il vous plait !
Ce n'est pas par prétention, mais parce qu'ils ''le méritent bien'' et ''vous les méritez bien''.
Mais qu'ont-ils donc ces poireaux de spécial pour en faire un plat. Et bien justement, cuisinez les à la vapeur, froid ou chaud à la vinaigrette, c'est une merveille.
Saint Victor, cette vieille variété ne se cultive plus pour la vente en gros, par les producteurs de poireaux dont la récolte est mécanisée.
Petite explication technique :
A la récolte, pour que les poireaux montent correctement dans l'arracheuse, sans bourrage, la plante doit être la plus droite possible, avec un port de feuille bien droit. ''De la tenue'' comme dirait le Méticuleux-du-savoir-vivre-en-société. Pour avoir de la tenue, les sélectionneurs ont cherché des poireaux à feuilles épaisses et dures. Voici donc nos variétés modernes, standardisées pour une récolte et un épluchage facile.
Par contre toutes les anciennes variétés, ont été sélectionnées pendant des siècles pour leur goût, leur taille, leur résistance au froid. Mais point de machine à cette époque ... les feuilles sont molles, difficiles à éplucher et le légume contraignant à arracher.
A la main, nous mettons 1 heure pour arracher 90 kg de Saint Victor, qui ne donnera plus que 65 kg, après épluchage.
Une arracheuse pour poireaux-bien-élevés sort 1500 kg/heure et l'épluchage se fait en partie par des machines installées sur des chaines de travail.
Saint Victor, Bleu de Solaize ou Jaune Gros du Poitou n'ont plus qu'à bien se tenir et rester dans la confidentialité des jardins de Grand-Papa.
Tans pis pour la saveur ! Et bien non, un petit groupe d'irréductibles maraîchers résiste à l'envahisseur...pour votre plus grand plaisir et notre fierté de producteurs.
Vous retrouverez dans les semaines à venir ce Saint-Victor dans vos paniers.
Nous sommes entrés dans une période difficile, comme chaque année.
Les légumes se raréfient en attendant les primeurs. Nous avons prévu ce temps de vaches maigres en plantant des planches de poireaux supplémentaires. Nous espérons que cela fera votre bonheur.
 
La prose du potager - Y a t-il ou n'y a t-il pas d'engrais en agriculture biologique ?
Samedi, 21 Mars 2015 11:52
Nous sommes en semaine 12, soit la deuxième quinzaine du mois de mars.
Les travaux des champs nous rappellent à leurs bons souvenirs.
Un sac d'engrais sous chaque bras, nous apportons les besoins nécessaires à nos cultures.
Un sac faisant 600 kg chacun, c'est un peu encombrant...et un peu prétentieux.
Nous entendons souvent cette réflexion venant d'amateurs de légumes bio ou de personnes non sensibilisées à cette approche : '' En bio, on ne met pas d'engrais !'' Que nenni..., nous apportons de l'engrais en agriculture biologique. Les plantes, quel qu'elles soient ont des besoins : en eau, d'une part, en minéraux d'autre part et bien sûr en lumière.
Pour ce qui est des minéraux, les apports, se font sous forme de matières organiques compostées :
-En fumier animal, si on dispose sur la ferme de cette matière ou à proximité.
-En engrais organique acheté, issue de fumier décomposé, de déchets vert, de déchets animaux (fientes de poules, plumes de volailles, sang et abats animaux d'abattoirs)
-en cultivant des plantes, que l'on enfouira ou que l'on laisse sur le sol sous forme de «mulch».
En agriculture conventionnelle, l'engrais est sous forme minéral et souvent de synthèse.
A la ferme, n'ayant pas assez d'animaux producteurs de fumier, nous achetons des engrais organiques à l'extérieur certifié Bio.
S'il n'y a pas d'apport d'engrais, les plantes vont vite manquer de nourriture et donner des récoltes très limitées.
Mieux vaut de beaux légumes, alors mieux vaut un minimum d'engrais.
Bonne semaine
Un petit mot pour vous signaler que nous ne nous intéressons pas qu'aux champs à la ferme dans le vent, mais aussi aux chants. Ce samedi 21 mars, un concert de chants et piano sera donné par l'association ''Le chemin de Gabriel'' créée spécialement pour vos oreilles sensibles et mélomanes mais aussi afin de rénover 14 tableaux de l'église de Voves. Œuvres de Gabriel Loire, des années 1945, ces tableaux ont une grande valeur artistique et historique.
Venez découvrir Bizet, Offenbach, Gounod, Vivaldi interprétés par deux chanteuses accompagnées d'une pianiste à l'église de Voves, à 20 h15.
Dans le rural Beauceron, il n'y a pas que de la culture de blé et de légumes...
Venez nous rejoindre pour votre plus grand plaisir
 
La prose du potager - Le grand départ des travaux de printemps
Vendredi, 13 Mars 2015 19:38
Nous sommes en semaine 11, soit la deuxième semaine du mois de mars.
Sur la ligne de départ des travaux de printemps, les concurrents sont dans les starting-blocks, La tension est palpable :
Sur la ligne 1 - Les-Gros-Bras, spécialiste du nettoyage des serres et de la préparation du sol, en vu des nouvelles cultures (tomates, courgettes etc.).
Sur la ligne 2 - La-Pelle-à-Grains, imbattable pour étaler le compost dans les serres (à raison de 20 tonnes/ha mais sur seulement 1680 m²...ouf)
Sur la ligne 3 - L'Etourdi-de-Service, qui n'a pas prévu la surface pour planter les 700 salades qui sont arrivées mardi dernier.
Sur la ligne 4 - Le-Décamètre-et-jalons, le grand géomètre du potager, mesure les futures surfaces de cultures de plein-champs, les chemins d'accès, les positions définitives des tuyaux d'irrigation et tout cela sur un terrain labouré, un peu champ de bataille.
Sur la ligne 5 - Le Nerveux-zen, qui ronge son frein en attendant une météo sympathique et des terres assainies pour préparer enfin les surfaces de plein-champs.
Sur la ligne 6 - Le Trieur-sachant-trier, imparable pour préparer les futurs plants de pommes de terres (2,5 tonnes à trier pour trois variétés).
Sur la ligne 7 - Le Terrassier-de-service, le meilleur pour sortir les dernières planches de navets et de radis noir encore en terre; ça nettoie, ça nettoie !. C'est le printemps qui vient avec la grande valse des semis et plantations !
Sur la ligne 8 - La pilier-du-potager, fidèle à son poste chaque semaine, préparatrice de tous les légumes, une montre dans l'estomac, exécutant la ronde des paniers à deux- bras-deux-jambes et sans faire de nœud avec.
En hors piste, Jo-la-surprise, défiant les avalanches, jongle avec l'impondérable et l'imprévu en professionnel consumé.
Voici décrit le planning de la première quinzaine de mars. C'est le printemps qui arrive, les petites fleurs et le chant des oiseaux...la vie quoi !. Alors de quoi se plaint-on ?
 
La prose du potager - Le nez dans les étoiles !!! ...
Jeudi, 05 Mars 2015 20:16
La semaine dernière, nous vous parlions du mauvais tour que nous a joué la lune lors du semis de nos carottes. Celle-ci nous a fait un nœud lunaire au moment du semis !!!
Ce n'est pas très bon mais nous avons gardé le semis en place. Nous verrons bien le résultat.
Le ciel, la lune, les planètes ainsi que les constellations sont pris en compte dans le jardinage, et spécialement dans la méthode de l'agriculture biodynamique, issue des principes de l'anthroposophie, développée par le philosophe Rudolph Steiner dans les années vingt.
Cette méthode utilise le calendrier lunaire et planétaire ainsi que des pratiques agricoles cherchant à dynamiser le sol en tant que milieu vivant.
Cette approche du jardinage et de l'agriculture est quelque peu difficile à comprendre et même à expliquer. Ce faisant, elle donne des résultats très intéressants.
Dans les vignobles, c'est une pratique de plus en plus utilisée que ce soit en culture ou en vinification. En maraîchage, les résultats sont souvent bluffants, avec des légumes plus résistants et d'une qualité gustative supérieure. Cette méthode complique quelque peu le travail, avec des jours où l'on peut travailler et d'autres, non !
Sur le sujet, vous pouvez lire la bande dessinée ''les ignorants'' d'Etienne Davodeau.
A la ferme, nous nous contentons de suivre les indications liées à la lune mais aussi aux ''jours-feuilles, jours-fruits, jours-racines et jours-fleurs indiqués par le déplacement des constellations zodiacales.
Nous disons bien que nous essayons de suivre !
Cette méthode a un avantage ludique qui est d'apprendre à regarder le ciel nocturne, pour comprendre la grande horlogerie céleste. Si d'aventure cette semaine vous voulez découvrir dans la voute étoilée, trois planètes visibles à l'œil nu, c'est le moment : Jupiter, Vénus et Mars s'y promènent. Les trois d'un seul coup d'œil, ce n'est pas souvent.
Alors dès que le soleil se couche...dans un ciel dégagé, regardez à l'Est, Jupiter se pavane, c'est le point le plus lumineux de ce côté. Regardez vers l'Ouest, Vénus brille intensément et juste en dessous Mars, la planète rouge, petite et de faible luminosité.
Imaginez une ligne droite entre ces planètes et vous avez une partie du zodiaque.
En partant de l'Est, la constellation du Lion, le Cancer (où se trouve Jupiter), les Gémeaux, le Taureau et le Bélier, le plus à l'Ouest (en arrière plan de Vénus et Mars).
De toutes ces positions des constellations sont définies les jours racines, fleurs, fruits et feuilles.
Le meilleur moment pour regarder tout cela est le 7 et 8 mars de 19 h 30 à 20 h.
Voilà où cela mène le maraichage, le nez dans les étoiles...
 
La prose du potager - Les choux de Pontoise et Romanesko
Lundi, 24 Novembre 2014 22:42
Les choux de Pontoise sont de retour. Il y a 3 ans, nous avons découvert ce chou dans nos catalogues de graines pour professionnels.
C'est d'abord par sa couleur violette et vert-pomme que nous avons été attirés.
Puis après sa mise en culture, c'est par son goût très doux, que nous l'avons adopté dans nos cultures chaque année.
Au champ, c'est une réelle satisfaction de le voir: Cette année, il est particulièrement magnifique et même énorme. Nous sommes obligé dans élaguer une partie; il prendrait trop de place dans votre panier. Son vrai nom est ''chou de Milan de Pontoise''.
Avant les années 50, la ceinture parisienne était riche de milliers de maraichers, venant alimenter les marchés de la ville de Paris. Et Pontoise, au nord de Paris, était réputée pour sa production maraichère. De siècle en siècle, les maraichers de cette région ont sélectionné bons nombres de variétés de légumes dont le chou de Pontoise, à partir du chou de Milan frisé classique.
Mais l'évolution de la société, de la consommation et l'agrandissement de la ville de Paris a sonné le glas pour tous ces petits maraichers. Le nom des légumes sont les seuls souvenirs de ce passé potager.
Un petit mot sur les choux Romanesko, choux à la forme pyramidale et fractale, de couleur vert clair. 1500 choux Romanesko ont été plantés en juin de cette année et nous avons mis un certain temps pour les retrouver dans le potager. Ce fut une énigme pour nous. Mais où sont-ils passés? 1500 choux ne passent pas inaperçu normalement.
Et puis nous avons fini par admettre la réalité : les lièvres nous en ont laissé 10, que nous avons retrouvé perdus dans toute la surface des différents choux du potager.
Donc cette année pas de choux Romanesko dans vos paniers. Merci les lièvres !!!!
Par leur nom, ces choux sont peut-être de Russie! Recherche à faire car nous n'en savons rien.
Bon appétit
 
La prose du potager - La ''prépa'' des paniers
Lundi, 24 Novembre 2014 22:39
Pour préparer vos paniers chaque semaine, nous avons plusieurs outils à notre disposition :
D'abord nous nous référons aux paniers précédents, pour ne pas mettre les mêmes légumes d'une semaine à l'autre, puis nous avons ce que nous pouvons récolter dans les serres et les champs et en stock (en saison automne-hiver). Voici donc notre base de référence.
Pour nous guider dans nos choix de cultures, mois après mois, bien avant la récolte, nous reprenons l'ensemble des cultures, surfaces, quantité de semences et de plants, rotation dans les serres, dates de semis et de récoltes potentielles des années passées. Tout ceci nous le trouvons dans nos archives.
En somme, nous faisons un copier-coller du planning de culture sur un an N-1... Et nous nous adaptons à la météorologie du moment.
Chaque semaine, le samedi, nous établissons le contenu du panier avec un exercice de jonglage parfois à la clef. :
Les mâches prévues ne sont pas prêtes, le rendement des carottes n'ai pas celui escompté, la production de choux brocoli (qui ne se conservent pas longtemps au frigo) est plus importante que prévu.
Au court de la semaine, la constitution du panier évolue plus ou moins.
Pour ce faire, nous prenons un cerveau, nous y mettons tous les paramètres connus et inconnus, y ajoutons une dose de stress pour pimenter la vie et regardons le ciel chaque matin pour conjurer le mauvais temps.
Le jour de la ''prépa paniers'', nous rajoutons un zeste de tension dans la grange de travail. La grande question existentielle du moment est souvent : ''Y en aura t il assez ? En avons nous récolté suffisamment pour tout nos paniers''. Oui, non...Oui, non... NON !!! ''Alors qu'est ce que l'on met à la place ???''
Mais c'est sans compter sur le Bon Génie du potager, qui nous sort de sa lampe, au dernier moment, La Solution : une planche de légumes oubliés, un collègue qui dépanne etc.
Cette semaine que nenni de tout cela, çà baigne... sauf qu'il y a le 11 novembre, jour férié. Lundi est donc un jour qui compte double.
Bonne semaine
 
La prose du potager - Les radis «red meat» sont de retour
Mardi, 11 Novembre 2014 15:39
Comme l'an dernier, en cette saison, nous sortons les couleurs ''Flashy'' avec le radis «red meat». Nous testons en culture, depuis 2 ans, sans succès concluant, ce radis aux couleurs du Disco des années 80. Et pourtant nous lui trouvons de l'intérêt gustatif, alors nous récidivons.
Les mouches du navet, responsables des vers que l'on trouve en indiscrétion dans ce légume racine est bien là preuve que ce radis à des connaisseurs avertis.
Et voici le problème : les mouches sont attirées par le Red-meat plus que par toute autre plante de cette famille. Attirées pour y pondre un œuf qui donnera un vers, un asticot. Mais ce sont des vers coopérants, partageurs ou peut être sont-ils bien élevés : ils creusent leurs galeries en périphérie du radis et rarement vers le centre.
A la récolte un tri s'impose et les rebuts sont importants. Nous rejetons les radis les plus attaqués et les difformes.
C'est un radis à éplucher. Vous trouverez sûrement sur la plupart de vos radis, les conséquences des coups de dents de ces compères mais à l'intérieur, que nenni !
Pour ce qui est de la parade, en culture, contre ces petites bêtes, point d'insecticide mais de l'observation et la mise en place d'un voile anti-insectes sur la culture au moment des vols de mouche. Ce voile blanc et à claire-voie à des petites mailles ne laissant pas passer les insectes. Les rayons du soleil traversent le tissu sans problème. Cette année, nous nous sommes fait devancer par notre indésirable diptère.
Un autre moyen testé par un collègue maraicher est d'utiliser de l'essence de menthe en épandage sur la culture. Les mouches n'aiment pas la menthe visiblement...
A tester donc pour l'an prochain...
Et peut-être aurez-vous des radis Red-meat au top !!
 
La prose du potager - Le stockage des légumes d'hiver
Dimanche, 26 Octobre 2014 21:47
A cette période de l'année où nous récoltons encore les dernières tomates à faire mûrir, nous récoltons et engrangeons d'autres légumes pour l'hiver. Nous parlons de légumes de garde.
Les légumes racines :
Pommes de terre, oignons jaune, navets marteau et boule d'or, radis noir et red-meat. Tout ce petit monde est stocké dans une grange avec comme idéal de température 6°C et une hygrométrie sèche.
Céleris rave et betteraves rouges ne seront récoltés que dans 3 semaines et stockés dans une grange à l'abri du gel. Ce sont des légumes faciles à garder.
Les topinambours se gardent au champ et sont récoltés au fur et à mesure.
Les carottes sont conservées :
- soit aux champs, avec le risque des fortes gelées qui abîment les carottes et/ou de servir de nourriture aux mulots nombreux,
- soit stockées à la ferme, idéalement en chambre froid, à 4 °C et recouvertes pour limiter le dessèchement.
Les courges d'automne, récoltées lors de la ''fête de la citrouille'' par beaucoup d'entre vous, sont stockées au sec et à température de 12-13 °C. Bien ventilées, les courges peuvent se garder jusqu'en avril, en respectant ces règles simples de conservation. Pensez à cela pour chez vous ! Et pas de réfrigérateur pour une courge non entamée.
Les légumes feuilles :
Les poireaux restent aux champs comme les choux de Bruxelles et les choux frisés de Milan.
Les choux rouges et les choux lisses, sont récoltés dès l'annonce de fortes gelées et nous les stockons en chambre froide si possible. Ces choux sont choux...mais ils prennent trop de place dans notre petite chambre froide.
Nous ne parlerons pas ici des légumes feuilles, telles que la mâche, la salade, épinard ou chou chinois. Pas plus que des légumes fruits, puisque se ne sont pas des légumes de garde, leur conservation n'excède pas 15 jours.
A moins d'en faire du stockage en bocaux stérilisés... mais là, c'est une autre histoire...
 
La prose du potager - Les tomates
Vendredi, 17 Octobre 2014 17:33
Nous sommes en semaine 42. Les serres de tomates doivent être vidées de tout leur contenu : pieds de tomates, derniers fruits récoltés verts ou mûrs, goutte à goutte ainsi que la bâche couvrant le sol. Deux serres sont à nettoyer en deux jours chrono.
Puis viendra un travail du terrain en profondeur pour détasser la terre. Un petit arrosage superficiel pour faire germer les graines indésirables présentes par milliers dans le sol (technique du faux semis).
Nous procéderons ensuite à l'incorporation de compost en raison de 1,5 kilogrammes au mètre carré étalé à la pelle...à bras.
Le temps passe vite, il nous faudra préparer de nouvelles planches de cultures en semaine 44.
Et nous voilà prêt pour planter à cette date de nouvelles mâches et un assortiment de quatre plantes différentes qui composeront un mesclun de derrière les fagots (enfin nous l'espérons puisque c'est une nouveauté ici).
Deux semaines sont nécessaires pour préparer une serre à la plantation, soit quatre jours de travail effectif à deux personnes.
Bienvenir sûr, ces cultures ne seront dans vos paniers que fin décembre.
Toutes les tomates récoltées finiront de mûrir sous une serre dans des caisses. Il y aura donc de la tomate pour quelques temps encore.
Si vous souhaitez des tomates vertes pour vos confitures, faites-le savoir.
A l'heure où nous composons la prose, 1200 choux-fleurs et brocolis sont bien au frais dans notre chambre froide. Tout ceci est destiné à notre groupement de producteur Val Bio Centre.
C'est la pleine récolte et nous cueillons 300 choux tous les deux jours. Le potager ne ressemble pas à la campagne Bretonne mais presque. Des choux, des choux et des choux.
Si d'aventure vous voulez voir à quoi vous pouvez vous attendre dans vos paniers d'ici quelques semaines, allez voir à l'adresse Facebook du potager : un chou de Pontoise géant. Et ils sont tous comme cela...
Pour rassurer certains, au Potager, il n'y aura pas que des choux pour les paniers cet hiver. Juré, promis !!!
 
La prose du potager - Comme une envolée de moineaux ... !!
Vendredi, 10 Octobre 2014 20:19
Ce week-end, des croqueurs de légumes du potager sont venus nous aider à ramasser la récolte de courges. Des AMAPiens, des fidèles de nos paniers, des assidus de notre magasin du samedi, petits et grands étaient au rendez-vous, dès la fin de la matinée pour... l'apéro ...et le pique-nique.
Frisquet jusqu'au départ vers le champ de courges, le soleil a accompagné la trentaine de travailleurs, en remorque ou à pieds vers le théâtre des opérations.
Et là, surprise, comme une volée de moineaux dans un cerisier, le champ s'est vu dépecé de ses Potimarrons, Butternuts, Patidoux et autres Stomba d'Albenga.
En une heure, la récolte était chargée sur la remorque. Ce que nous aurions fait en 2 jours à 2 personnes, le temps de se baisser pour attraper un cageot, l'affaire était classée, plus une courge dans le potager.
Après un détour pour saluer les choux-fleurs voisins, retour à la ferme pour l'opération de stockage... Idem ici, les caisses pleines se sont littéralement envolées vers la grange à la vitesse de 200 courges/minute (unité de vitesse internationale, si si çà existe).
Merci à toutes et à tous pour ce coup de main solidaire.
Une pensée affectueuse à ceux qui ont organisé cette mobilisation, à ceux qui nous ont fait des petits plats succulents, au pousse-rapière et autres boissons revigorantes.
Moment de partage, de rencontre et de découverte, certains nous demande de réitérer l'expérience... à bon entendeur et avec plaisir.
Bonne semaine et bon panier.
Les courges se joignent à nous pour vous saluer !
 
Conseil - Les pommes de terre et leurs usages
Lundi, 06 Octobre 2014 21:55
Voici un petit rappel de l'usage culinaire de la pomme de terre selon leur catégorie variétale :
3 catégories :
-chair ferme
-chair tendre dite ''de consommation''
-polyvalente, (entre deux)
Purées, frites, et soupes : chair tendre
Variété : Samba, Bintje Agata
A la vapeur, à l'eau, à la poêle : chair ferme
Variété : Charlotte, Belle de Fontenay
Utilisation très large en cuisine : chair polyvalente
Variété : Allians
Tout au long des mois avenir, vous trouverez trois variétés différentes dans vos paniers : La samba, la charlotte et l'allians.
La variété Samba est de type Bintje, mais elle plus résistante à la maladie du mildiou. Nous avons donc opté pour cette variété.
Le choix de la Charlotte est guidé par l'expérience des années précédentes.
L'Allians, c'est le coup de cœur ''Pomme de terre'', un goût au dessus de toutes.
 
La prose du potager - Les choux des champs sont si choux !!
Lundi, 06 Octobre 2014 21:52
Ce n'est pas aussi difficile à dire que ''les chaussettes...'' de qui vous savez, mais les premiers choux fleurs et brocolis ont été très sympa d'apparaître juste au moment où les tomates tirent leurs dernières cartouches. Pour penser au contenu du panier de la semaine, c'est vraiment chou...

Dès l'apparition des premières inflorescences (le véritable nom de la partie que nous consommons est le méristème floral, hypertrophié chez le chou fleur et le brocoli), une visite régulière s'impose dans la parcelle (0,50 hectare), pour récolter des choux bien calibrés et juste à la bonne maturité.

En choux fleurs, nous passons depuis 1 semaine, casser une feuille sur les pommes visibles, en guise d'ombrelle pour leur éviter de jaunir. Et oui, le chou-fleur bronze au soleil. Ainsi du blanc-neige il passe au jaune puis au violet.

Pour obtenir un chou-fleur de 1 kg environ, la récolte se fait tous les deux jours. En deux journées, un chou peut passer de 1 kg à 1,5 voir 1,8 kg. Et là, le travail se complique pour nous : Les cageots ''à choux'' étant fait pour 8 choux faciles à ranger, nous nous retrouvons à jouer à placer tant bien que mal 6 ou 7 choux de taille XXL et tout cela dans les champs.

Les écueils à éviter sont surtout les chenilles, qui boulottent les feuilles de chou sans vergogne... Elles laissent leurs nombreuses petites déjections sur le blanc immaculé de notre chou. Et là pas clean, la vigilance est donc de rigueur. Traduction : nous ne sommes pas copains mais pas du tout avec les chenilles. Elles sont éliminées à la main mais surtout en ensemençant la parcelle de bactéries parasitant la chenille. Ou bien en utilisant un insecticide biologique dès l'arrivée des chenilles ce qui notre cas cette année.

Autres écueils, les éclaboussures de boue sur le chou-fleur blanc, au passage du tracteur. Certains maraîchers cultivent des choux fleurs verts ou violets. Une solution esthétique pour limiter les soucis liés à la blancheur de notre crucifère adorée.

En brocoli, la vigilance se fait surtout au stade de la récolte. Le brocoli est un sprinter de la pousse... : Une inflorescence à récolter aujourd'hui, demain, elle sera peut-être déjà en fleur et donc trop mature pour la vente.

En clair, ce que nous mangeons, ce sont des fleurs immatures et capricieuses. Chaque inflorescence donnera des centaines de fleurs si nous les laissons ''vivre''. Mais voilà, on aime le chou...

Bon appétit

 
La prose du potager - L'automne, saison de stockage !!
Lundi, 29 Septembre 2014 19:11
Cette année, l'automne ou plus exactement l'équinoxe d'automne s'annonce sur les calendriers le 23 septembre, c'est à dire mardi. L'été n'est bientôt plus qu'un souvenir. Ne nous prenez pas pour des oiseaux de mauvais augure. Nous n'y sommes pour rien dans tout cela. C'est comme cela. Le temps passe inexorablement et la nature change sans faire de bruit. Au potager, le rythme de travail change aussi : De trépidant en Été, le voici (plus) calme mais efficace.
Plus de binage, encore quelques plantations mais là où l'équipe s'active maintenant, c'est dans les récoltes des légumes destinés au stockage d'hiver.
Cette semaine, l'arracheuse à ''patates'' arrive mercredi, pour avaler les deux hectares de pommes de terre. Nous embauchons une équipe de cinq personnes qui trieront sur la machine et dans le champ. Nous ajoutons à cela, un voisin venant avec son tracteur et sa remorque pour transporter la récolte vers la ferme.
Pendant ce temps, les premières têtes de choux brocoli arrivent à maturité.
Chaque matin, dans la rosée, une personne sera, dès mercredi, le coupeur de têtes du potager. L'automne se prépare plutôt sereinement.
Depuis un mois, l'équipe s'est trouvée perturbée. Deux personnes de l'équipe ont eu un accident du travail. D'abord Denis, avec une entorse à la cheville puis Virginie, notre spécialiste colisage et préparation des paniers, s'est coupé méchamment deux doigts avec 3 phalanges cassées et deux tendons de coupés.
Denis clopin-clopant et Virginie dans le plâtre, chacun d'eux pansent ses blessures et le moral y est, ou pas !!
Le travail est facilité par ce soleil qui est là...enfin. Et c'est le bonheur !
Cette semaine, vous trouverez les premiers céleris-rave... l'automne quoi !!
 
La prose du potager - La fête des citrouilles à la ferme
Mercredi, 17 Septembre 2014 21:31
Ou comment joindre l'utile à l'agréable...
Avec les AMAP, nous organisons au potager de la ferme dans le vent, une journée rencontre autour de la récolte des courges d'hiver. Et ceci le dimanche 5 octobre.
Au programme :
- 12h 30 : repas champêtre tiré du panier dans la grange de la ferme
- 14 h00 : récolte des courges.
Cette journée sera l'occasion pour chacun, de se rencontrer et de découvrir qui sont les mangeurs de légumes du potager d'ici et d'ailleurs.
L'idée première est de nous aider à réaliser cette récolte qui, quand nous sommes seuls, prend deux jours. Là ensemble, nous mettrons 3 heures.
Ce sera aussi l'occasion de vous faire découvrir une petite partie de notre quotidien de maraicher.
Mais encore, pour certains, de découvrir d'où viennent les légumes de vos paniers : la ferme, les serres et les champs... et l'équipe du potager.
Si cela vous chante, rendez-vous le
Dimanche 5 octobre
à la Ferme dans le Vent
1 rue de la pompe – Lhopiteau – 28150 Voves
dès 12h30 pour le repas et pensez aux vêtements décontractés mais peut-être les bottes ou de bonnes chaussures.
N'hésitez pas à nous demander plus de renseignements si besoin !!!
A mettre dans votre agenda
 
La prose du potager - Le chou chinois, on en fait quoi ?
Jeudi, 11 Septembre 2014 21:09
Ce chou est une plante bisannuelle qui a des feuilles entières allongées et dressées formant une «pomme» de forme allongée.
Le chou chinois tient à la fois du chou blanc et de la salade. De forme allongée, ses feuilles vert pâle sont tendres et fines, et ses côtes bien blanches sont croquantes. Encore peu connu en Europe, c'est un légume très consommé dans les pays asiatiques, où on l'appelle Pe Tsaï, Pak Choï ou encore Bok Choy. Son nom botanique est Brassica rapa var. pekinensis, du moins pour la variété la plus courante en Europe, car il en existe plus de 30 différentes. Il appartient à la famille des Brassicacées, ou Crucifères, comme tous les choux. Le chou chinois contient une multitude de vitamines et de minéraux ainsi que des composés actifs dont les propriétés sur la santé sont bien démontrées.(glucosinolates, antioxydants, caroténoïdes, vitamine K, vitamine A...)
Histoire et origines
Les choux chinois sont des plantes potagères dont l'origine serait probablement chinoise. Ils sont consommés depuis des milliers d'années en Asie mais ne sont connus en Europe que depuis le début du XVIII.
Atouts nutritionnels
Le chou chinois est l'un des légumes qui contiennent le plus de calcium biodisponible, c'est-à-dire du calcium que l'organisme peut absorber et utiliser. La biodisponibilité du calcium contenu dans certains légumes (principalement les légumes verts feuillus) est variable. La présence de composés tels les oxalates et les phytates diminue l'absorption de ce minéral dans l'organisme. Le bok choy contient une quantité appréciable de calcium (84 mg par portion de 125 ml) et celui-ci est hautement biodisponible (taux d'absorption de 54 %). À titre de comparaison, le calcium du lait n'est absorbé qu'à 32 % tandis que celui des épinards l'est seulement à 5 %.
Et ce week-end, on fait quoi ?? ....
Venez nous rejoindre à la Ferme de la Basse Cour (Flyer et programme dans votre panier)
6ème Prise de Terre – Biennale d'art contemporain
Dans un lieu agréable et convivial avec un programme varié et original,
prenez le temps de passer du bon temps,
samedi 13 ou dimanche 14 (de 10h au coucher du soleil)
 
La prose du potager - Les serres en démontage
Dimanche, 24 Août 2014 16:20
Depuis fin juin, les week-ends de Denis sont occupés au démontage des serres-chapelles, dans la ville de Brou, en Eure et Loir.
Comme vous le savez, de nombreuses personnes des AMAP nous donnent le coup de main. Denis, chef du chantier ne lâche pas la bride. Chaque samedi et dimanche, il est sur le terrain. Clefs de 13 ou de 17 en main, il coordonne le bon démontage de la chose. Le travail n'est pas sorcier mais demande de la méthode...et de la patience. Quelques boulons sont récalcitrants.
L'objectif est de remonter dans le bon sens à la ferme, les différents éléments. Il y avait au départ 15 chapelles (15 m x 33 m chacune). Dimanche 3 août au soir, il ne reste plus que 2 chapelles debout.
Nataly, fine cuisinière, est au fourneau pour les repas du midi mais aussi au démontage.
Nous sommes prêts à vous accueillir sur un prochain samedi ou dimanche afin de terminer dans les délais qui nous sont accordés et de laisser place nette.
Pour prendre contact, passez par le mail : aupotager@fermedansvent,com
Merci mille fois.
Au potager, nous tentons de semer les navets et radis noirs dans les meilleures conditions. Ce qui n'est pas une mince affaire depuis 3 semaines. Nous préparons le terrain... et il pleut des cordes dessus. Nous attendons que la terre sèche pour semer... et là, le lit de semence est tassé, trop tassé par les pluies.
Nous reprenons au départ en repréparant le terrain et il se remet à pleuvoir, le sol se tasse et pour la 3ème fois, nous repréparons le terrain. En somme, nous bégayons mais le temps passe et les jours raccourcissent.
En maraîchage, pour cette 2ème partie de l'année, les semis sont liés à la durée de l'ensoleillement. Pour arriver à une plante faisant son cycle végétal avant les premiers froids.
L'exemple de la salade est parlant. Plantée le 31 juin, elle sera récoltée le 30 juillet (30 jours dans le potager). Plantée le 20 août, elle sera prête à la récolte le 30 septembre (soit 40 jours dans le potager). Il faudra 55 jours de végétation à cette salade plantée le 10 septembre.
C'est un peu une course contre la montre maintenant.
 
La prose du potager - C'est l'été au potager et autres tribulations
Mercredi, 02 Juillet 2014 18:54
C'est parti pour les légumes été :
Aux champs, les premières fèves, avec une petite récolte cette année. Les pommes de terre nouvelles sont là mais nous attendrons la semaine prochaine pour les paniers, La terre est gorgée d'eau du week-end et l'arracheuse ne peut pas travailler dans ces conditions. Patience !!!
Sous serres, les haricots plats mangetout et verts, décollent. Mais aussi la première grosse récolte de tomate (50 kg). Nous cueillons les premiers poivrons et aubergines en petite quantité pour l'instant. Vous avez découvert les concombres épineux dit «Noa». La récolte est énorme et nous devons éliminer de jeunes fruits pour ne pas être débordés. Il y a surproduction.
L'été, c'est aussi l'arrivée des dégâts de lièvres. Ces charmants grignoteurs de choux et haricots verts sont de retour cette année Pour limiter ce problème, il y a deux ans, nous avions utilisé la technique des cheveux à épandre aux champs.... qui ne marche pas vraiment. !! Aujourd'hui nous épandons un produit bio à base de poissons fermentés. Les lièvres n'apprécient pas l'odeur et c'est presque efficace. Nous allons tenter l'épandage de solution à base de piment type Tabasco, qui d'ordinaire est plutôt fait pour la cuisine. C'est la technique qui paraît être la plus adaptée. Les lièvres, lapins et autres rongeurs ont peu de penchant pour les choses piquantes. Nous ne nous en plaindrons pas.
Depuis début juin, nous avons dans l'équipe, des jeunes étudiants pour la saison d'été, principalement pour les cueillettes. Tous font mentir l'idée que les jeunes ne savent pas ou ne veulent pas travailler. C'est un plaisir de travailler avec eux, ils apprennent vite et savent s'adapter à ce travail difficile. Chapeau bas ...
 
La prose du potager - Petit cours de linguistique à propos des serres !
Vendredi, 27 Juin 2014 20:02
Nous vous avons informés lors de la dernière prose, de l'acquisition de serres tombées du ciel. Tout ceci nous est donné. Nous nous organisons maintenant pour le démontage sur le site. Profitons-en pour donner des indications techniques au sujet de ce matériel que sont les serres.
D'abord une serre est appelée par les professionnels, ''abri couvert chaud'' ou «abri couvert froid'' selon s'il y a chauffage ou non de la surface.
Une serre peut être couverte d'une bâche plastique transparente et tendue ou en verre.
Plusieurs formes existent dans la nature :
La chapelle :
avec des pieds supports droits et une toiture voutée. Ces deux éléments se superposent pour former la chapelle. Il peut y être adjoint des ouvrants sur la toiture comme des ''Vellux' et des ouvrants sur les cotés. Plusieurs chapelles peuvent être juxtaposées comme la bi-chapelle ou la multi-chapelle. Gros intérêt de la chapelle : La hauteur qui permet d'y rentrer avec un tracteur sans baisser à tête avec des conditions de travail idéal.
Le tunnel :
avec la forme du métro parisien et forcément couverte d'une bâche plastique. Des ouvrants latéraux peuvent être adjoints pour les tunnels de plus de 30 mètres de long. Gros avantage du tunnel : l'investissement est très raisonnable. L'inconvénient : la gestion de la chaleur en été ou en hiver est difficile. Ce tunnel est monté définitivement à sa place.
Le tunnel Nantais :
de forme métro, mais de 70 cm de haut et couvert d'une bâche plastique escamotable rapidement. Simple et pas cher.
La chenille :
sorte de tunnel Nantais mais d'une hauteur d'homme et plus. Démontable rapidement, la chenille est idéale pour les primeurs tels les pommes de terre et les fraises.
Nous avons à démonter 2 bi-chapelles et 4 chenilles. Le délai de démontage est le
31 juillet avec une place propre. C'est un challenge ...mais on va y arriver !!!
 
La prose du potager - Un cadeau qui tombe du ciel !
Vendredi, 20 Juin 2014 20:06
Non, ce n'est pas de l'eau qui est tombé. Ni de la grêle, comme chez certains...
Disons qu'une fée s'est à nouveau penchée sur notre ''berceau potager'', sans se casser la figure !!
La première fois, il y a un mois sa baguette a frappée pour créer la cagnotte solidaire et l'association ''Le Bonheur est dans le prêt''. Ce vendredi 13 (ce n'est pas une blague, un 13 et un vendredi), notre bonne fée a encore sévi, à nous en faire tomber les bras.
Une entreprise d'horticulture ferme ses portes et donne son parc de serres et tunnels. Le tout étant de démonter dans les plus brefs délais, en laissant la place nette et propre. C'est une chance inespérée de récupérer ce matériel... Nous avons donc choisi deux serre-chapelles de 490 m2 chacune.
Maintenant nous pensons à la logistique de démontage et de transport jusqu'à la ferme dans le vent. Ce n'est pas une mince affaire...
Le travail se fera les week-ends, avec le dernier de juin et les deux premiers de juillet (vendredi-samedi-dimanche). Nous avons un camion et une mini-pelle à notre disposition.
Nous avons besoin d'aide pour faire ce travail dans les meilleurs délais.
Aussi, nous faisons appel à tous ceux qui auraient l'envie et la possibilité de nous rejoindre sur l'une ou plusieurs de ces journées afin de dévisser, démonter, charger et décharger nos deux serres-chapelle et tout cela en équipe.
Si l'expérience vous tente, nous vous proposons de contacter :
Denis au 06 07 21 38 20 ou Damien au 06 81 56 84 10
mais également par mail :
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , afin de caler un planning.
Nous nous chargerons de l'intendance et de vous informer sur l'organisation.
Tout cela se passe à Brou à 35 km au sud du Potager.
 
La prose du potager - Temps de printemps ou d'été ?
Jeudi, 12 Juin 2014 20:16
L'année 2014 ressemble beaucoup à 2013, (de la lorgnette météorologique, bien sûr !!) .
Froid et pluvieux d'abord puis pluvieux et orageux. Difficile de suivre correctement une culture en plein champs.
La grande différence maintenant, c'est que nous nous sommes presque affranchis du climat avec les cultures sous tunnels. Aujourd'hui, tomates, aubergines et concombres ne sont qu'à l'échauffement, mais bientôt ils seront sur les starting-blocks. Alors patience pour les paniers !!!.
Là où 2013 et 2014 sont sœurs jumelles, en plein champ.
Les légumes poussent trop lentement ou pas du tout et nous avons du mal à avoir des légumes bottes (comme le navet marteau et les radis ronds) de grande qualité. Les feuilles sont piquées par un insecte appelé ''Altise'' et la tendresse recherchée n'est pas au rendez-vous.
Nous nous rattraperons dans les semaines à venir. La chaleur est au rendez-vous.
La cagnotte solidaire fait parler d'elle. Vendredi soir, 6 juin, lors de nos livraisons, les adhérents des AMAP (de Magny, et celle de Guyancourt) avaient convié la presse pour informer de la belle réussite de la collecte de fond participatif et solidaire.
Un énorme chèque....en bois (véridique) avait été fabriqué pour l'occasion.
Vous pouvez venir à la ferme, découvrir ce chef-d'œuvre, exposé dans la grange. Alors merci à l'artiste Jean Paul qui c'est éclaté...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 5
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack