l'AMAP de Magny Les Hameaux

l'AMAP de Magny Les Hameaux

Accueil Nos Producteurs La ferme dans le vent

Prochainement

Mer 22 Nov 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Ven 24 Nov 19:15 - 19:45
Légumes de Denis
Mer 29 Nov 18:15 - 19:15
Œufs et volailles
Mer 29 Nov 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Ven 1 Déc 19:15 - 19:45
Légumes de Denis
Mer 6 Déc 18:15 - 19:15
Légumes de Robert
Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
Denis et Nathalie
La prose du potager - L' Agriculture Biologique et les engrais (2ème partie)
Jeudi, 14 Février 2013 22:38
La semaine dernière, nous parlions des besoins des plantes et des modes d'apports d'engrais.
Cette fois prenons un microscope et observons une poignée de terre du potager, d'un sous bois ou d'une pelouse. Dans ces quelques grammes de terre, si nous sommes
au printemps, nous découvrirons des milliards de bactéries diverses et variées sans compter champignons et insectes minuscules. Toute une vie microscopique occupée
à dévorer la matière organique fraiche. A chacun, chacune sa tache, sa spécialité.
Les fixatrices de l'azote de l'air (véritable interface entre la racine et l'air), les broyeuses de lignine (cellule du bois), les boulloteuses de cellulose, les transformatrices de molécules de potassium, de souffre, d'azote etc...
Et tout cela en parfaite symbiose avec la plante. Copains comme cochon.
Chacun travaille dans son intérêt et celui des hôtes. C'est ce que nous font découvrir des scientifiques tel que Claude Bourguignon; microbiologiste des sols.
C'est justement la particularité principale de l'agriculture biologique : Favoriser une vie microbienne intense, pour permettre à la plante d'être dans un milieu équilibré et riche, propice à l'épanouissement de tout son potentiel (goût, saveur, résistance aux insectes et aux maladies, rendement, etc...).
Dans l'idéal, cette faune et cette flore microscopique du sol est toute à fait capable de trouver et apporter ce dont les plantes ont besoin, sans avoir à apporter d'engrais.
Tout est dans le sol et dans la matière organique que l'on apporte. Les microbes font le boulot. A nous de nourrir le sol.
L'agriculture chimique a fait l'impasse là-dessus : le sol est un support à entretenir bien sûr mais c'est tout. Au diable les microbes !! C'est l'agriculteur qui nourri la plante.
Nous apprenons maintenant à observer, à compter avec ce petit monde, nous apprenons surtout l'humilité. Et malgré nos bonnes intentions, nous nous plantons encore beaucoup, apprenons chaque jour et les microbes ne sont pas rancuniers.
Patients ils sont ! Patients ils resteront.
 
La prose du potager - L' Agriculture Biologique et les engrais (1ère partie)
Jeudi, 07 Février 2013 22:02
Les légumes de la ferme, comme toutes plantes de cette bonne vieille terre, ont besoin d'eau, de lumière et de minéraux pour croitre. Parlons de ces derniers dans cette prose.
Que mange une plante de chez nous pour grandir ?
– De l'azote, de la potasse, du phosphore, du souffre, du magnésium pour les gros besoins (rien de gouleyant pour les omnivores que nous sommes) mais aussi,
– du bore, du manganèse et même de l'or etc, etc (...qui n'est pas mieux) pour les petits besoins.
Ainsi les commandes d'engrais battent leur plein en cette période.
Et oui !, les minéraux, que nos légumes ont besoin, sont apportés en février/mars par des d'engrais du commerce :
– Sous forme organique, en agriculture biologique pour l'apport d'azote principalement (déchets vert, fiantes de poules, poudre d'os et de plumes, paille, composte de fumier etc...de filière bio et tout cela par compostage). Pour être assimilable par les racines des plantes, ces minéraux organiques sont broyés et oxydés par les bactéries et vers de terre du sol .
– Sous forme d'extraits de roches du sous sol. En AB, ces roches sont seulement broyées finement. En agriculture conventionnelle, pour rendre assimilable ces minerais, l'industrie oxyde chimiquement les roches et autres matières utilisées, ou bien encore, pour l'azote, en la prélevant dans l'air (comme AZF à Toulouse), on parle ainsi d'un engrais chimique .
Pour illustrer le propos, voici une métaphore hautement philosophique !!
A quelle mode manger une carotte ?
• Soit vous la prenez cru et vous utilisez vos dents pour la rendre assimilable,
• Soit vous la faite cuire et vos dents ne vous servent pas beaucoup. La cuisson à fait une partie du travail.
En agriculture biologique, on favorise les phénomènes naturels et lents pour produire, En agriculture conventionnelle, on s'aide des phénomènes rapides obtenus par la chimie .
Le bas de page est arrivé... !!!! Vous aurez la suite la prochaine fois
 
La prose du potager - Les Plants et les semences
Jeudi, 31 Janvier 2013 19:48
C'est la période des commandes de plants et de graines et les premières plantations de l'année.
Nous nous fournissons chez des producteurs ou des fournisseurs qui sont en circuit bio uniquement. Cela nous est imposé par le cahier des charges bio mais aussi par l'éthique que nous avons choisie.
Travailler avec du plant plutôt qu'avec des semis a plusieurs avantages dans la saison de fin d'hiver, début de printemps.
D'abord nous sommes sûrs que ce que nous plantons est déjà vigoureux,.
– ensuite la plante déjà démarrée a gagné du temps sur les futures herbes indésirables (nous sommes en bio et n'avons que la binette)
– et puis nous gagnons quelques semaines sur l'époque de la récolte.
Les plantations se font dans les serres en ce moment. 1400 plants d'épinards et 1400 salades arrivent la semaine prochaine.
Les plants doivent être commandés souvent plus un mois à l'avance puisque une graine en cette saison met de 1 à 3 semaines pour lever et autant pour pousser au stade plant.
Pour les commandes de graines, c'est différent. Nous regardons ce que nous avons cultivé l'an passé, choisissons les variétés qui nous ont donné satisfaction, vérifions les dates de semis à prévoir ainsi que les quantités de graines à utiliser.
La commande peut partir chez les fournisseurs comme Essem'bio, Voltz, Agrosemens, Kokopeli ou Bego. Chacun a sa spécialité en type de légumes.
Info de dernière minute : Après cette période neigeuse, les serres sortent de la grange. La première d'entre elles installe son squelette métallique dans le potager.
 
La prose du potager - La neige, eau et le gel
Jeudi, 31 Janvier 2013 19:43
 En ces temps de froidure, la ferme vit presque au ralenti. Presque...
Le travail y est plus lent et l'organisation y est souvent revue et corrigée par les intempéries.
Le matin, séance de chauffage de tuyau gelé chez les animaux, qui n'attendent que le repas pour se réchauffer et tout en fanfare.
Pendant ce temps, les légumes stockés hors gel sont sortis pour les besoins des paniers.
Les légumes racines sont frottés (décapés, serait le terme approprié) à la main pour les dégager de leur terre. Nous en profitons pour un premier tri.
Et c'est maintenant que tout se complique : Le lavage, que nous souhaitons minimal pour préserver la qualité des légumes, est obligatoire cette année. La terre a choisi
l'option ''pot de colle'', on dit aussi qu'elle est amoureuse. Passage dans la baignoire le temps d'imbiber la terre et hop dans la laveuse (sorte de machine à laver à tambour) pour 5 minutes. Pour finir, petit coup de jet d'eau derrière les oreilles .
Tout cela les mains dans l'eau et même avec des gants, c'est une corvée des moins agréable.
Et ce n'est pas fini : retour dans la grange avant la prise en glace de nos chères carottes, navets ou radis noirs. Deuxième tri des légumes (sans la boue), pesage et mise en panier ou en cagette.
L'été, le lavage est une place de choix. L'hiver, on laisserait bien sa place.
La neige et son beau manteau blanc !! Oui, mais juste le matin derrière la fenêtre, un bol de café bien chaud en main .
Rendons justice à la neige et au gel : Ils assainissent le potager des parasites et la neige apporterait naturellement de l'azote à la terre, nourriture de base des végétaux de tout poil.
Un petit tuyau pour le travail : le meilleur endroit de la ferme, c'est la chambre froide .
Il y fait plus chaud que partout ailleurs.
 
La prose du potager - Les Serres en Légo
Lundi, 21 Janvier 2013 20:26
Nous les attendions, elles sont arrivées... les serres bien-sûr .
Jeudi dernier, un amas de tubes cintrés, droits, longs ou courts, armés de vis et de boulons, a pris position dans la cour. Un vrai Mécano pour grandes personnes.
2100 m2 de bâches plastique translucides et 12 portes pour les 12 cotés de nos six serres ! (exercice pour les forts en math : Combien cela fait ... ) 
Mais qui est qui dans ce fatras. ??
Mieux vaut savoir lire la notice technique avant de démarrer.
Nous sommes donc parti pour 15 jours de construction dans la gadoue hivernale.
Démarrage des festivités : lundi 21 janvier.
Avant, il y le repérage sur le site, le piquetage, les mesures sur le terrain et c'est cette semaine . Sans oublier de préparer les paniers de la semaine.
Et quand tout cela sera fait, victoire !
Et bien non; nous passerons à l'installation de l'irrigation : tuyaux, asperseurs, surpresseurs et fils «électriques.
Et là, nous nous ferons aider par un spécialiste.
Le mois de mars sera déjà là quand les semences et les plants prendront possession des terrains sous abri .
En attendant, cette semaine vous trouverez dans les paniers nos dernières courges d'hiver. Les cucurbitacées 2012 ne se conservent pas très bien, à la grande joie des moutons et de la vache.
Chaque jour, nos ruminants préférés se délectent des courges montrant les signes de fatigue avancés.
Ah, au fait : pour la troisième année consécutive, nos deux premiers agneaux sont nés le 23 décembre...et sans programmation assistée. Ponctuelles les brebis, n'est ce pas !! Bééééé
 
La prose du potager - Bonne année
Mercredi, 09 Janvier 2013 22:36
Ça y est nous y sommes et pour un an.
Toute l'équipe de la ferme, vous souhaite une belle année 2013 .
Qu'elle soit douce et prospère.
Pour notre part, nous nous la souhaitons ensoleillée, avec un peu de pluie mais juste ce qu'il faut et plein de bons légumes pour les paniers.
Pendant la trêve de fin d'année, la ferme a pris ses quartiers d'hiver...
Nettoyage des bâtiments, trie et stockage de légumes, rangement de ce qui n'a pas été depuis l'éternité . Mais il en reste encore à faire.
Si ce fut un temps de repos, nous avons aussi tiré des plans sur la comète.
Planning des cultures, amélioration du travail, organisation du chantier de construction des futures serres.
Tout un programme !
Pour cette année 2013, nous espérons vous voir passer à la ferme, si le coeur vous en dit, découvrir le lieu où pousse vos légumes, visiter nos installations anciennes et nouvelles, voir notre petit magasin à la ferme ouvert le samedi matin et tenu par Nataly.
Il se peut qu'en septembre nous organiserons une journée découverte.
Peut être... C'est dans les cartons pour l'instant.
 
La prose du potager - Le panïs
Vendredi, 14 Décembre 2012 21:35

Le panais est une plante herbacée bisannuelle à racine charnue, appartenant à la famille des Apiacées, qui fut autrefois très cultivée comme légume et comme plante fourragère. C'est une culture qui a été quelque peu délaissée de nos jours, sauf en Grande Bretagne dans les pays nordiques et en Afrique du Nord.

Aujourd'hui, il retrouve une certaine popularité chez les amateurs de légumes anciens, de même que dans la population en général. Il est synonyme d'aliment santé. Le panais, d'une couleur blanc ivoire, a une forme proche de celle de la carotte. N'essayez pas de lui trouver des ressemblances en terme de saveur, le panais est unique avec son goût à la fois doux mais pas sans caractère.

Histoire

Le panais était déjà cultivé au moyen age dans les monastères. L'histoire du panais se confond en partie avec celle de la carotte car la distinction entre les deux plantes, qui appartiennent à la même famille botanique n'était pas toujours nette jusqu'à la fin de la Renaissance .

Utilisation

Le panais n'a pas besoin d'être pelé. Tailler à la dernière minute car, tout comme la pomme de terre, il a tendance à s'oxyder au contact de l'air. Il faut donc le cuire immédiatement ou le mettre à tremper dans une eau citronnée.

Coté cuisine, il aime les mélanges épicés et les accords sucrés/salés. Le panais peut se consommer cuit en soupes, potages, couscous (Maghreb) et pot au feu, il supporte tout type de cuisson et accommode n'importe quelle viande ou poisson.

Il est le plus souvent utilisé comme complément ou condiment, à cause de sa saveur assez vive.

Le panais se cuit comme la pomme de terre et peut être préparé en purée ou gratiné au four. On peut aussi le servir cru, râpé avec huile et citron en salade.

 
La prose du potager - Le grand choix : les serres !!!
Jeudi, 29 Novembre 2012 22:56
Ça y est le choix est fait. L'accouchement fut long mais les forceps sont restés au placard.
Nous avons privilégié un budget raisonnable et d'une grande souplesse d'utilisation. En clair, nous avons minimisé les risques futurs.
Notre choix s'est porté sur six tunnels de 30 mètres de long sur 9,2 mètres de large. Cette longueur, qui est courte pour un outil professionnel, permet d'aérer facilement l'intérieur des serres sans avoir besoin d'ajouter des systèmes de ventilation onéreux.
La largueur nous permet de travailler à l'aise avec un tracteur et un outil .
Une porte à chaque bout qui restera fermée l'hiver et la nuit et restera ouverte tout l'été.
Le nombre de six tunnels correspond à la place que nous avons sur le lieu d'implantation mais surtout c'est le nombre de légumes différents que nous avons à cultiver dans la
saison d'été. Un légume, une serre et chacun chez soi.
Ce chiffre nous permettra de respecter une bonne rotation des cultures au court des ans, clé de la réussite de l'agriculture biologique.
Et puis autre clé de réussite, insérer la cultures d'engrais vert tout les six ans, (culture non commercialisable), sans mettre en difficulté notre capacité de remboursement de l'investissement. Une serre en jachère chaque année.
Nous faisons appel à deux constructeurs. L'un, nous fourni les tunnels, l'autre le système d'irrigation. Le coût total est de 35 000 € TTC, somme importante mais raisonnable pour un investissement agricole. Le financement se fait par un crédit bail que nous alloue le groupement de producteur Valbio Centre basé à Blois, pour qui nous produisons principalement des choux, des salades et des fèves.
Le Conseil Régional du centre apporte sa contribution sous forme d'aide au développement de l'agriculture biologique en région centre.
Il ne nous reste plus qu'a recevoir le matériel, faire des tranchées pour arrimer les bâches translucides, jouer au ''Légo'' pour monter les structures métalliques, bâcher les tunnels un jour sans vent, installer les systèmes d'irrigation, travailler le terrain que nous aurons matraqué à souhait pendant la phase des travaux et enfin nous pourrons semer et planter... et là nous serons déjà fin février si tout va bien.
Et tout ceci dans le froid et la pluie d'hiver.
Alors vive les hivers chauds et ensoleillés, surtout celui de 2013!!!
 
La prose du potager - Les méandres d'une décision
Mercredi, 28 Novembre 2012 20:46
Depuis l'an dernier, l'idée nous démangait d'investir dans des abris, pour palier aux risques météorologiques et assurer un approvisionnement en légumes variés et toute l'année .
Cette année, Dame Nature a secoué notre torpeur en déchaînant le ciel sur la tête de nos légumes.
Pas la peine de rappeler les souvenirs météorologiques, mais ici la décision est enfin prise : Nous ne voulons pas revivre l'expérience 2012, nous investissons...
Mais dans quoi ?
• Les Tunnels avec bâche plastique translucide, aux formes rappelant le métro parisien, mais quelle longueur ?
• La Multi-chapelle, serre ressemblant aux bâtiments industriels des zones d'activités, mais translucide. Le top du top !. Mais à quel coût?
• Quel la surface avons nous besoin ?
• Quel financement pouvons nous assumer ? Et qui peux prêter ?
• Où pouvons nous installer tout çà ?
• Et l'irrigation la-dessous ! : Il ne pleut pas dans une serre !!! Alors...
Du goutte à goutte ? Oui ; des asperseurs ? Oui mais qu'est ce qui existe au pays des marchands de pluie ? Quels diamètres et pressions, quelles quantités d'eau
par heure et les manomètres, les vannes et les boitiers électriques ?
Et l'hiver, il ne faut pas que ça gèle dans les tuyaux !!.
Entre 2 rangs de choux et plusieurs heures de cueillette, les choix sont fais .
La semaine prochaine, nous vous dirons ce que nous avons décidé...et choisi
 
La prose du potager - les travaux d'automne
Mercredi, 14 Novembre 2012 22:48
Depuis 2 semaines, nous arrachons tout ce que l'on peut sortir du potager avant que le gel matinal endommage nos légumes.
Ce travail se fait dans un terrain très gras...et à la main puisque l'arracheuse mécanique n'est plus opérationnelle dans la gadoue.
Cette semaine, honneur aux navets «boule d'or» fraichement sortis du potager. Navets peu connus, ils se consomment comme les navets violets
avec ce petit plus gustatif.
Il nous reste encore tous les choux à récolter :
• choux fleur, où nous arrivons en fin de production,
• choux brocoli qui n'aiment pas les gelées,
• choux romanesco que nous ne ramasserons peut être jamais (en cause la météo qui les a retardés au point ou ils
ne sont pas encore pommés),
• choux rouge et blanc seront tout petits pour la même raison que le romanesco,
• Choux milan de Pontoise, idem,
• choux de Bruxelles qui semblent nous donner satisfaction
et là, la récolte commencera dans 15 jours.
Le moral est un peu en berne, au regard du travail fourni pour un résultat peu satisfaisant.
Mais on apprend beaucoup sur notre métier de maraicher cette année surtout sur les erreurs à ne plus faire.
Nous nous consolons avec ce que l'on Peut.
 
La prose du potager - Le Céleri-branche
Mercredi, 14 Novembre 2012 21:07
Un peu d'histoire
Que ce soit en Egypte, en Grèce ou en Italie, il ne fait aucun doute que le céleri sous sa forme sauvage était récolté par nos ancêtres de l'Antiquité.
Tressée en couronne, la plante pouvait servir à ceindre le fronts des poètes remarquables ou celui des vainqueurs des jeux du cirque. Sous cette même forme de couronne, elle servait également à honorer les morts, devenant alors symbole de deuil. «Il n'a plus besoin d'âche», voici
ce que l'on pouvait entendre à propos d'un mourant. Négligée au Moyen Age, la culture du céleri ne commence véritablement qu'à la Renaissance.
C'est sous forme à côtes que ce légume arrive d'Italie.
Qualités nutritionnelles
Depuis l'Antiquité, l'âche est considérée comme un médicament dont Hippocrate vantait les mérites. Au cours des siècles, cette bonne
réputation a perduré. Cultivée comme simple au Moyen Age, elle entre plus tard dans la composition du célèbre sirop des cinq racines pour ses
incontestables propriétés diurétiques. Plus prosaïquement, le céleri est relativement riche en minéraux et en vitamines et composé à 95% d'eau.
D'un point de vue purement nutritif, il est idéal dans le cadre d'un régime hypocalorique.
Après ces petites notions théoriques, nous vous laissons le soin de les mettre en pratique, à vos fourneaux... et bon appétit !
 
La prose du potager - la pomme de terre
Vendredi, 19 Octobre 2012 22:18
Petite leçon sur la pomme de terre pour s'y retrouver
La pomme de terre est classée en 3 catégories selon ses qualités à la cuisson. Mais pour simplifier, nous vous proposons de les découvrir au travers de 2 classes :
* la pomme de terre à chair ferme :
elles ont une bonne tenue à la cuisson et elles sont recommandées pour les cuissons à la vapeur, à l'eau et la cuisson à la poêle.
Dans cette catégorie, vous trouverez les variétés CHARLOTTE, AMANDINE, BELLE DE FONTENAY, RATTE, FRANCELINE, la BF15 etc...
A la ferme, nous cultivons la CHARLOTTE et la RATTE
* la pomme de terre de consommation (aussi dite à chair tendre) :
Ces variétés sont adaptées pour la cuisson à la cocotte ,au four mais surtout pour les purées, les soupes et les frites. Elles ont tendance à se déliter à la cuisson.
Dans cette catégorie, vous trouvez les variétés BINTJE, MONALISA, NOISETTE etc...
Ces variétés sont aussi produites à la ferme .
* D'autres variétés sont dites polyvalentes. Elles sont entre les deux catégories cidessus.
Elles tiennent à la cuisson à l'eau et font des frites appréciables comme la ROSABELLE .
Cette année nous avons découvert une variété très intéressante, «Alliance», elle aussi polyvalente. Elle est toute jaune (presque poussin). De goût, un vrai bonheur et en culture, résistante au mildiou, ouf !! Nous n'en aurons que très peu cette année mais l'an prochain promis, on vous régalera avec.
Un mot sur une variété particulière, la «Vitelotte», elle est bleue encre . très sèche et recherchée pour son exotisme. Nous en produisons une petite quantité à la ferme.
Vous trouverez moult et simples informations, sur le site cnpt.com, cliquez sur variétés puis sur le tableau. Et là vous avez tout ce dont vous avez besoin à la cuisine !
 
La prose du potager - Les courges
Vendredi, 19 Octobre 2012 22:13
Il y a 15 jours commençait un long et fatiguant travail : la récolte des courges d'automnes. D'abord couper et rassembler en lignes toutes les courges et par espèces pour un dernier séchage (merci à la pluie de nous avoir aider pour cela) . La semaine dernière, nous les avons mis en cageots et enfin vendredi, seul jour de beau temps de toute la semaine...., à l'aide de nos petits bras musclés, nous les avons chargé sur les remorques et rentré à l'abri du gel pour les conserver le plus longtemps possible. L'idéal est de garder une température de 12 à 15°toute au long de l'hiver.
Afin de varier les plaisirs dans vos paniers, nous produisons de nombreuses variétés de courges : Potimarron orange et vert «Hokkaido», «Rouge vif d'Etampes», Courge «Spaghetti», «Butternut», «Longue de Nice», «Patidou», «Sucrine du Berry», et trois nouvelles cette année «Bleu de Hongrie», «Galeuse d'Eysine» et «Lady Godiva».
Nous aurons l'occasion de vous les présenter une par une, tout au long de l'automne et de l'hiver. Vous verrez certaines ont des anecdotes amusantes.....
Depuis la semaine dernière, les premiers chou-fleurs et brocolis pointent leur nez !!! Mais gare au gel . Mortel pour ce genre de chou .
 
La prose du potager - Les navets
Jeudi, 04 Octobre 2012 22:56
C'est vraiment l'automne... et nous avons testé grandeur nature le froid et l'humidité. Nous serions presque à regretter l'été maintenant.
Parlons navets...et sans jeux de mots.
Cette automne, les navets sont magnifiques. Peu de vers boulotant joyeusement dans les racines, faisant des galeries à tors et à travers.
Ces petites bêtes sont les larves d'une mouche qui ponds ces oeufs sur le collet de la plante (le collet se situe à la naissance des feuilles).
Ces mouches sont attirées par le CO2 dégagé des matières organiques en décomposition dans le sol.
Pour réussir des navets, il faut donc un sol nettoyé de tous les déchets végétaux en surface. Autre moyen d'éloigner les mouches s'il y a un risque, est de pulvériser de la menthe sous forme d'huile essentiel. Le parfum de la menthe cache les odeurs de gaz carbonique. Subterfuge efficace .
Pour les variétés de navets, au potager, nous faisons le classique globe violet, le «vertus des marteaux», blanc et long, le meilleur de tous et le jaune «boule d'or», peu connu mais excellent pour l'hiver.
Nous faisons aussi le rutabaga, qui est en fait un chou, mais là, nous avons un doute sur les résultats à la récolte.
L'an prochain vous découvrirez dans vos paniers, le navet «noir de caluire» et le navet «asperge».
Pour cette semaine, au potager, récolte de toutes les courges avant qu'il ne gèle.
5 tonnes de cucurbitacées à déplacer du champs à l'Écurie (l'ancienne écurie de la ferme que l'on nomme encore comme cela).
 
La prose du potager - L'automne
Mercredi, 26 Septembre 2012 20:17
C'est l'automne et l'on s'en aperçoit.
De la pluie, du vent, beaucoup de vent...et le froid qui va avec.
Ce lundi, nous l'avons passé à réparer une serre malmenée par Eole.
Retendre les différents fils de fer, replacer les bâches plastiques qui battent au vent. Et tout ceci en slalomant entre des pieds de tomates très zen.
Et comme les problèmes bégaient, le troupeau de moutons est venu tester les noir de Crimée et autres Green-Zeba dans cette serre.
Ils ont aimé... nous, moins.
Les coups de vent ont des conséquences inattendues.
Nos chers ovins sont parqués avec une clôture électrique, qui par le vent s'est retrouvée frôlant de grandes herbes. Mise à la terre de la clôture et donc plus de
courant électrique et Vive la liberté !
Il y a aussi la fatigue d'être au vent et à la pluie pendant les cueillettes.
Nous n'y sommes plus habitués avec l'été. Dans quelques semaines, nous serrons plus aguerris aux temps maussades. Mais pour l'heure ...dur dur.
Dans vos paniers, c'est encore un peu l'été, mais les légumes d'automne arrivent plus tôt que l'an passé. La faute à cette satanée météo de printemps et d'été avec des rendements qui ne sont pas à la hauteur de nos espérances.
Les tomates en particulier, les poivrons aussi et les betteraves que nous avons peu proposées jusqu'à maintenant.
Par contre les récoltes d'automne nous promettent de belles surprises et c'est tant mieux.
 
La prose du potager - Epicerie à la ferme
Vendredi, 21 Septembre 2012 18:26
Nous avons une autre activité à la ferme, moins connue sûrement, le «Marché/Epicerie à la ferme». Il est ouvert tous les mercredis après-midi de 16h30 à 19h et samedis de 9h à 12h30.
Vous pouvez y trouvez tous les légumes de saison issus de notre production, des fruits mais également des produits d'épicerie : jus de fruits, huile, farine, quinoa, sucre de canne, chocolat, etc... et bien sûr le miel de la ferme.
Tous ces produits sont évidemment issus de l'agriculture biologique.
Le samedi matin pour découvrir ou redécouvrir certains légumes, je m'amuse à réaliser des recettes simples et familiales, que nous dégustons tous ensemble dans la joie et la bonne humeur.
Exceptionnellement, le marché de ce samedi 22 septembre se tiendra à «La braderie des commerçants» de Voves sur la Place de l'Eglise de 9h à 18h.
Nous avons besoin de nous faire connaître, donc nous comptons sur vous pour diffuser cette information à votre entourage.
En espérant vous accueillir nombreux ce samedi ou les autres jours au marché situé à la «Ferme dans le vent» au hameau de Lhopiteau à 1km de Voves.
 
La prose du potager - les salades
Vendredi, 14 Septembre 2012 18:15
Après une semaine très très chargée en travail, nous abordons celle-ci avec douceur.
Et parlons de l'automne qui se prépare déjà.
6000 mâches sont arrivées en motte et plantées...à la main.
Plantés aussi le cresson alénois ou cresson des jardins, les derniers plants de courgettes (avec le risque pour elles des premières gelées à venir).
Et les salades itou : 5000 petits plants de chicorées pain de sucre, scaroles et frisées que vous trouverez dans les paniers avant les grands froids hivernaux.
La semaine 36 est la dernière période pour planter les salades en plein champs. Les prochaines iront remplacer les tomates dans les serres.
Nous pensons à la récolte des pommes de terre, qui à la ferme se fait la première semaine d'octobre. Nos chères ''patates'' seront petites cette année (le Mildiou est passé par là pour griller les pieds au mois de juillet) mais vous trouverez des «Binjch», des «Mona Lisa», des «Charlotte», des «Rosabelle» et des «Vitelotte».
Sans oublier les courges d'automne, récoltées elles aussi avant le 10 octobre et toujours à cause des premières gelées.
 
La prose du potager - Les tomates
Mardi, 04 Septembre 2012 20:21
Avec toujours un mois de retard sur une année ordinaire , nous sommes dans la période de pleine production de tomate.
Cette année sera une petite année pour les rendements.
Ceci est dû au climat maussade de fin de printemps entrainant une mauvaise pollinisation des fleurs.
Il n'y aura que peu excédents pour les conserves, les bocaux et autres moyens de congélation.
Si vous souhaitez des tomates à coulis pour vos conserves d'hiver, envoyez nous par mail à partir de maintenant vos commandes de tomates, et nous vous répondrons en fonction des possibilités que nous aurons.

L'adresse mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Nous ne pourrons peut-être pas satisfaire toutes les demandes mais nous ferons ce que nous pourrons ... . pour ce qui est des tomates dans les paniers, nous devrions en avoir sous serre jusqu'à début novembre, donc pas de panique, la Rentrée n'aura pas raison de nos chères solanacées.

En ce qui concerne le travail au potager, cette semaine, nous pressons et ramassons les ballots de paille de blé qui servirons d'isolation pour les stockages d'hiver dans la grange et nous plantons les dernières salades de plein champ.

. . . et oui, nous pensons déjà à l'hiver.

 
La prose du potager - l'équipe
Mardi, 04 Septembre 2012 19:46
Bonjour à tous,
Il y a longtemps que je ne me suis pas adressée à vous.
Je veux vous parler de notre équipe ainsi que de nos amis les lièvres.
Nous avons cette année une équipe de jeunes au top :
– Ivan la cata qui ne rate pas l'occasion de renverser tout ce qu'il a entre les mains surtout à table.
– Elie qui adore charrier les autres y compris les «anciens»
– Jordan, lui est aussi très moqueur quoique plus réservé. Mais quand il se lâche, sauve qui peut !!!!!
– Ensuite nous avons notre secrétaire vendeuse maraichère (et oui 3 en 1). Aujourd'hui, elle est arrivée avec un pansement sur la tête, elle a voulu faire mal à un mur. Raté c'est elle qui a mal mais ouf !!!! son cerveau de blonde est toujours là.
– Denis lui est toujours aussi attaché à son travail et..... à sa sieste du midi. Il aime aussi les jeux de mots.
– Damien, le patron rêveur est toujours présent quand on a besoin de lui et apprécie autant que nous tous les moqueries et jeux de mots.
– Et moi dans tout ça ? Toujours aussi râleuse, bien sur !!!! mais juste pour la qualité de nos légumes, le rangement de la grange, le rangement des outils. Sinon, toujours de bonne humeur, hum.
Vous aurez compris bien sur que j'en profite pour me moquer de tout le monde.
Et nos amis les lièvres !!!!!! grrrrrrrrr !!!! Ceux là si je pouvais les changer en terrine !!!! Ils saccagent toutes nos plantations sans remords et là aussi je râle... contre eux.
J'espère que vous aurez bien ri en lisant cette petite prose autant que moi je ris en l'écrivant.
Je vous souhaite à tous une bonne semaine et à la prochaine fois.
Carole
 
La prose du potager - La tomate
Vendredi, 27 Juillet 2012 17:43
Aujourd'hui découvrons la lycopersicon esculentum. C'est un fruit très attendu cette année. Il nous vient du Pérou (XVI siécle) avec une robe jaune uniquement.
C'est ainsi qu'en Italie, qu'on l'appelle Pomodor. Vous avez peux être reconnu la tomate.
Cette année, ce fruit nous donne quelques tracas :
Après un mois de retard dans les paniers, le mildiou a jeté son dévolu sur les pieds de tomates qui avaient oser vivre au grand air plutôt que dans les serres.
Les taches noires sur les feuilles, les tiges et les pieds desséchés, c'est le mildiou, maladie cryptographique.
L'Irlande est marquée dans son histoire par les conséquences du mildiou sur les pommes de terres, avec la grande famine de 1846-1851 qui provoqua environ 1 million de mort et le début de l'émigration vers les États-Unis
La tomate est une solanacée comme l'aubergine, la pomme de terre, les piments et la belladone.
Pour ce qui est des tomates du potager de la ferme, seules les tomates sous serres sont en pleine forme.
Par contre, nous constatons que la pollinisation n'a pas été bonne pendant la période froide et pluvieuse. Conséquence : une production plus faible dans les serres cette année.
Un remède mais pour l'an prochain, mettre des ruches de bourdon pollinisateur dans les serres.
Petit détail culinaire cette année :
Les tomates peuvent être pas complétement mûres dans votre panier. Alors juste 1 à 3 jours de sieste dans la cuisine et la maturité sera au top.
En clair, les tomates 2012 nous font tourner en bourrique.
 
La prose du potager - le tour
Vendredi, 20 Juillet 2012 06:05
Oyé, Oyé, avis à la population ...( personne ici n'a de moustache, de képi et pas même de tambour pour les annonces en place publique. Tout se
perd !!) Bref, les personnes qui désirent mettre des fèves aux congélateurs pour l'hiver, envoyez nous un mail de votre commande et lors de la prochaine distribution nous vous l'apportons.
Le prix est de 1,8 €/kg au lieu de 2,9 €/kg.
Certaines tomates arrivent à maturité sous la serre. Les premières ont passé la ligne d'arrivée et l'anticyclone des Açores est encore dans le peloton de queue.
Le ciel ne prendra pas le maillot arc-ciel cette semaine, mais peut être pour la prochaine étape. Les aubergines ont tenté une première échappée avec un groupe de trois la semaine dernière. La lanterne rouge sera cette année le poivron qui devrait arriver bien après la ratatouille...
Mais, c'est un Tour sans produit dopant, qu'on se le dise !!
Cette année dans la Caravane qui suit les coureurs, notre petit tracteur, le plus utile, a coulé une bielle et pour de vrai. 40ème année de service en 2012. Une relique avec quelques dents en moins. Nous le bichonnerons cet hiver, remise à neuf ou presque. Nous en cherchons un autre pour le remplacer, mais les petits tracteurs d'occasion en Beauce sont très rare.
C'est de la grande culture, chez nous, çà rigole pas !!!
Alors avis à la population, si dans votre jardin, vous avez un tracteur en trop... Oyé, Oyé. ..
 
La prose du potager - Les saisonniers bacheliers
Mercredi, 11 Juillet 2012 22:06
Voici des nouvelles de nos saisonniers bacheliers.
Le Bac est dans la poche pour tous nos jeunes travailleurs .
Peux-être allons nous arroser cela... après le travail bien sur.
Cette semaine passée a été riche en événement.
D'abord le travail :
* les 800 mètres de clôture sont posée en une journée et demi. Les lièvres n'aiment pas. Nous si. C'est efficace .
* 400 kg de fèves ont été récoltées pour le groupement Val bio centre. Il en reste 600 kg à faire pour vos paniers et encore pour Val bio centre.
* Il pleut, il mouille, nous avons remis à plus tard l'installation des 1500 m de tuyaux d'irrigation.
* Les 3000 poireaux sont plantés, ainsi que toutes les salades. Dur dur pour le dos.
* Romanesco et choux-fleur attendrons des jours meilleurs pour être plantés.
* Les tomates sont taillées. On dit aussi ''castrées''.
* Et le foin, est-il fait ? Et bien non, la faute à la météo !!
Ils ont bien travaillé nos nouvelles recrues ! Les jeunes, les jeunes. Mais les jeunes ont la pêche, ou plutôt la patate.
Nous avons oublié un autre étudiant parmi nous. Il s'agit de Patrick.
Adulte en reconversion, Patrick se forme au maraichage dans le cadre de la formation professionnelle. Depuis le mois de septembre et vient en stage ponctuellement dans
plusieurs fermes maraichères.
Parlons des petits soucis maintenant :
Notre petit tracteur, le plus utile, a coulé une bielle et pour de vrai. 40 ans de service cette année. Une relique avec quelques dents en moins. Nous le bichonnerons cet
hiver, remise à neuf ou presque. Nous en cherchons un autre pour le remplacer, mais les petits tracteurs d'occasion en Beauce sont très rare. Alors avis à la population...
 
La prose du potager - c l'été
Lundi, 09 Juillet 2012 20:50
Voici une semaine chargée en besogne, nous sommes la semaine 27 et pour nous aider au potager, c'est le temps des étudiants saisonniers.
Ce lundi, c'est Ivan (néo-bachelier), Elie (probable néo-bachelier) et Julien (bachelier de français terminé) qui partagerons la vie de l'équipe du potager et les joies du maraichage !!!
Ce qui les attend cette semaine :
* Monter 800m de clôture pour nos amis les lièvres,
* Récolter 250 kgs de fèves pour le groupement Valbio centre,
* Mettre en place 1500m de tuyaux d'irrigation pour toute la saison d'été,
* Planter les derniers 3000 poireaux, les 5000 (voire plus) choux-fleur, romanesko, et brocolis, ainsi que 1500 salades,
* Tailler 760 pieds de tomates,
* et peut-être faire le foin (sur 6,5ha) pour cet hiver, pour nos fabricants de compost (nos animaux bêlants...)
Beau programme !!!
Mais chacun de nos trois larons étudiants sont des habitués puisque l'an passé ils étaient déjà de valeureux saisonniers. Peut-être diront-ils « Si j'avais su, j'aurais pas venu..... »
Ah n'oublions pas, il y a aussi un peu d binage, préparer 100 plants de concombres, ranger les cageots, récolter les salades et les pommes de terre nouvelles, désherber les fraisiers, etc.......
 
La prose du potager - Le lièvre
Mercredi, 27 Juin 2012 22:12
La femelle est une hase, le mâle est un rouquin et le petit un levreau.
Jusque là tout va bien. Le cri du lièvre est le vagissement. Si si, le lièvre vagit, mais pas très fort, sûrement, en tout cas à la ferme il se fait discret pour la
conversation.
Selon wikipédia, le lièvre est herbivore et la femelle fait deux portées par an.
Et là, çà se complique pour nous !!
Les lièvres envahissent le potager...
Adieu haricots vert, laitues et choux de Bruxelles sans parler du reste.
Les lièvres adorent le potager.
Nous avons essayé les cheveux, en direct de chez la coiffeuse, la couverture de planches de légumes avec des voiles, les patrouilles régulières dans les
champs. Rien ni fait. Ils sont là et dévorent tous.
Si le lièvre dans la mythologie est un animal mystérieux et attachant, ici il est un cauchemar.
Nous allons employer les grands moyens... nous l'espérons : 800 mètres de clôture grillagée de 1m 20 de haut et pulvérisation d'un extrait de poisson ''pourri'' vendu par notre fournisseur de produit bio.
Ainsi nous venons de remettre en route, un vieux pulvérisateur agricole que nous espérions ne jamais utiliser. Il nous rappelait le temps ancien de l'agriculture chimique. Là c'est du bio et pour la bonne cause .
Les lièvres n'aiment pas l'odeur du poisson pourri . Ils ne sont pas les seuls !!
Affaire à suivre...
Quelle année ce millésime 2012 !!
 
La prose du potager - L'artichaut
Lundi, 25 Juin 2012 21:59
L'artichaut, tout le monde connaît, mais saviez-vous qu'il en existe environ quinze variétés !!
Pour commencer un peu d'histoire : L'artichaut est le bouton d'une plante potagère de la famille du chardon qui pousse en région méditerranéenne et
en Bretagne. L'artichaut était très apprécié des Grecs et des Romains et a acquis au cours du Moyen-Âge la réputation d'être aphrodisiaque.
La variété la plus connue est, le «camus ou camus de Bretagne» : le plus gros des artichauts (300 à 500 g/pièce) ; son capitule, vert tendre, a une forme très arrondie aux bractées très serrées, courtes et larges ; il est produit de mai à novembre dans l'Ouest de la France, notamment en Bretagne ; il se consomme bouilli ou à la vapeur, avec une vinaigrette, de la mayonnaise ou de la crème fraiche ; les fonds d'artichauts peuvent aussi être farcis.
Moins connu dans nos régions mais très apprécié néanmoins, le «violet de Provence ou bouquet» : assez petit (moins de 100 g/pièce) et de forme conique, avec des bractées violacées ; il est très cultivé en région méditerranéenne et se récolte de mars à mai, puis de septembre à décembre ; lorsqu'il est gros, il se consomme généralement cuit ; il peut se manger cru quand il est jeune (on l'appelle alors poivrade) ; cru ou cuit, il se déguste notamment en salade, à la vinaigrette, à la barigoule, farci, à la croque-au-sel, en purée, en velouté ou en beignet.
Vu que dans vos paniers, vous trouverez l'une ou l'autre des variétés, à vos fourneaux !! Bon appétit et bonne semaine.
 
La prose du potager - les travaux du potager
Mercredi, 13 Juin 2012 19:09
Où en sommes-nous dans les travaux du potager avec ce temps plus qu'incertain? Ouille ouille, çà fait mal rien que d'y penser.
Entre deux averses, le binage et les semis de haricots et de panais ont été faits. Les premiers poireaux plantés (6000 la semaine dernière), les plants de choux de Bruxelles attendent dans la cour des jours meilleurs.
Nous pensons déjà à l'automne et l'hiver, ici.
Tout ce qui est déjà en terre poussent avec lenteur.
Et là, la constitution des paniers ces dernières semaines est un vrai cassetête.
Vous avez peut-être remarqué le peu de radis dans vos paniers en ce moment. La faute à pas de chance, les pluies du mois d'avril ont mis à mal les planches de nos chers radis ronds rouges. Et les prochains sont ravagés par une «bébête» nommée Altise, qui adore faire des trous dans les feuilles.... tout va bien quoi !!!
Nous avons un mois de retard sur la pousse de nos légumes.
Ce qui devrait être à cueillir maintenant traine la patte et nous sommes amenés à vous proposer des paniers moins garnis que l'an passé à la même saison.
Nous nous attraperons dès que la chaleur reviendra sur terre.
Encore un peu de patience, les tomates qui arrivent sous serre, avec le temps elles ne sont encore que vertes ....
De mémoire de jardinier, personne n'a connu un temps pareil.
Nous devons vous avouer que c'est un peu difficile pour notre travail et pour le moral des troupes.
Allez, une bonne nouvelle : le beau temps est prévu pour dans 15 jours !!
 
La prose du potager - les abeilles
Mercredi, 13 Juin 2012 19:04
Voici la prose des abeilles. Non pas que les légumes fassent grève, mais c'est le temps de la première miellée dans le ruché de la ferme.
Miel de printemps, blanc comme neige et d'un grain très fin, le miel récolté cette semaine est forcement du miel de colza (chez nous).
Les pétales de fleurs de colza sont tombées, le temps de la récolte est court si l'on ne veut pas que le miel ne cristallise directement sur les rayons de cire, dans la ruche. Et là finie la récolte, tout est laissé aux abeilles, l'extraction est impossible.
Nous avons 12 ruches à la ferme qui pollénisent et nous régalent de leur miel.
La saison des essaimages est terminée et les pompiers nous ont demandé d'intervenir 5 fois chez des particuliers qui ont eu la surprise de trouver un essaim d'abeille dans leur jardin ou sur un mur.
Ainsi nous avons 5 nouvelles ruches pour remplacer les 4 ruches dont les colonies d'abeilles sont mortes depuis l'automne dernier.
Il s'agit d'un phénomène triste mais que nous connaissons depuis 10 ans dans le monde entier. Les abeilles disparaissent. Ceci est appelé la fonte des colonies.
Les traitement des cultures y est pour quelque chose, mais aussi d'autres facteurs de pollution.
Nous reparlerons du monde des abeilles une prochaine fois car c'est un roman qu'il faudrait écrire à leur sujet.
 
La prose du potager - Les feves
Jeudi, 31 Mai 2012 21:38
Cette semaine est une grande semaine. Enfin les fèves sous tunnel sont prêtes à cueillir. Ouf !!
Elles auraient dû être dans vos paniers depuis la mi-avril (ah, la météo !) et libérer le terrain pour les aubergines et les tomates anciennes.
Très polies, nos chères Solénacées (c'est leur nom de famille... tout le monde ne peut pas s'appeler Dupont... !) ont attendu dans leur petite motte, que Dames Fèves se poussent enfin.
Gérer la succession des cultures sous tunnel n'est pas chose simple et «métronomique». Nous reparlerons des plans de cultures un autre jour.
Pour l'heure, on fait la fête aux fèves.
Très connues sur le pourtour de la Méditerranée, les fèves sont de très gros haricots à écosser. Cueillies tendres, la pellicule de peau autour de la graine n'a pas besoin d'être enlevée de la graine.
Un ami Turc, nous a donné une recette non pas des fèves mais des cosses que d'habitude nous jetons.
Il passe les cosses au mixeur. Ail, oignon, piment ou pas, tout cela à la poêle et c'est prêt.
Une dernière info : samedi 2 juin (samedi qui vient, déjà !) nous participons à la quinzaine du bio avec une journée portes ouvertes intitulée ''la balade gourmande'' à la ferme dans le vent de 10 h à 18h.
Bonne semaine et autres journées qui suivent...
 
La prose du potager - Casse tete
Mercredi, 23 Mai 2012 21:44
Petit casse-tête du potager ou réflexion corsée au petit matin :
Demain jeudi, c'est le pont de l'ascension, l'équipe ne sera pas au complet.
Vendredi ou samedi, il est annoncé de l'eau.
Les plants de tomates, d'aubergines et de courges d'automne attendent d'êtres plantés depuis 15 jours.
Par quoi on commence ??? Mais au fait, il y a la serre à préparer !
Planter les fraisiers et les artichauts, oui mais avant il y a les films plastiques à étaler au sol. Mais, mais, mais il y a le binage à faire partout et avant nous devons enlever les voiles de forçage (la couette sur les carottes et les petits pois ). Mais mais il y a de la cueillette à faire pour ce soir ...
Qui fait, quoi et quand et par quoi on commence, la journée n'a que 24 heures et les animaux réclament leur nourriture comme tous les matins alors nous vous laissons à vos propres cogitations et ce dont nous
sommes sûrs c'est que ce qui sera fait, ne sera plus à faire...
On se rassure comme on peut !!
Bonne semaine et autres journées qui suivent...
 
La prose du potager - La pluie
Lundi, 21 Mai 2012 21:44
Avec le temps va tout s'en va...sauf la pluie, et là c'est devenu un casse-tête.
Nous n'avons pratiquement pas fait de semis depuis trois semaines. Itou pour les binages qui sont essentiels en maraîchage biologique.
La pluie aidant, les quelques herbes binées repoussent sans nous avertir.
S'il y a un légume heureux ici, c'est le petit radis : Il est de saison et vous le trouvez cette semaine dans le panier. Le radis que nous avons choisi de cultiver est le radis rond rouge de variété «Raxe». C'est une variété rustique, qui creuse très lentement même avec une taille de balle de ping-pong. De plus il reste longtemps pas ou peu piquant. Il a quand même deux petits défauts : Il a tendance à l'éclatement et il est souvent difficile à mettre en botte.
Tenir dans sa main les vingt à vingt-cinq boules que constituent une botte tient du miracle quand il faut passer un élastique autour des fânes. Dans notre jargon très technique, nous disons que ça dégueule de partout (ne le répétez pas aux enfants, c'est un gros mot, mais pour nous, dans l'action, ça soulage).
Nous faisons peu de radis classiques longs, roses et blancs. Ils ont la fâcheuse habitude de creuser et piquer vite avant que l'on arrive en fin de planche.
Vous avez déjà découvert le radis glaçon, plus long à pousser mais qui se laisse semer en toutes saisons. Il a la particularité d'être classé comme navet, mais il est comme le ''cheepse'' : il a le goût du radis, un nom de radis mais ce n'est pas un radis.
Plus tard vous découvrirez le radis chinois mais c'est pour cet automne.
Et enfin le radis noir, il est cultivé pour être conservé et stocké en hiver. Mais lui vous le connaissez déjà.
Et vive le soleil !!
 
La prose du potager - Le retour
Lundi, 07 Mai 2012 20:35
Les paniers sont de retour.
Pendant que vous jeûniez durant ces 15 jours, ici nous avons espéré semer, planter et travailler dans les champs mais c'est plutôt le ciel qui nous est tombé sur la tête.
Il nous est venu l'idée de mettre dans les paniers une bouteille d'eau de pluie... Vous avez été sauvé de cela par les carottes nouvelles, sorties de terre et de serre cette semaine.
Semées début février, les carottes primeurs comme celles d'automne sont un vrai casse-tête à faire lever.
Ces demoiselles demandent un lit de semence finement préparé, sans motte s'il vous plait, posé délicatement sur le sol, un zeste de terre en guise de couette, bien bordée et tassée sur le dessus.
Arroser le sol de façon à ce que ce nid douillet reste humide...mais pas trop. Couvrir le tout d'un voile de forçage (une vraie couverture de toile blanche) pour qu'elles aient bien chaud et attendre... Quinze à vingt jours plus tard. Mais deux jours avant la levée des chères carottes, nous passons avec un chalumeau (un vrai, avec du feu) sur les rangs pour brûler toutes les herbes indésirables mais conserver nos précieuses casse-pieds. Et çà marche, si tout va bien.
Pour cette fois-ci les carottes sont arrivées à bon terme.
Au fait, les carottes font partie de la famille des Apiacées comme le céleri et le persil... pour le Trivial Poursuit çà peut servir.
 
La prose du potager - les épluchures
Dimanche, 15 Avril 2012 21:02
Plusieurs personnes nous ont demandé s'il nous était possible de récupérer les épluchures de légumes pour le compost...en clair, que les légumes retournent là où ils poussaient et qu'ils redeviennent des légumes. Cela s'appelle le mouvement perpétuel à moins que cela ne soit du bon sens.
L'idée a fait son chemin et dès la première distribution de mai, une poubelle à Z'épluchures sera installé dans le camion où vous pourrez déposer les rubans de peau de pommes et autres trognons de choux venant des légumes de la ferme ou d'ailleurs (à l'exception des épluchures d'agrumes qui se compostent plus difficilement ).
A la ferme, le circuit passera par les cochons et les poules puis le tas de fumier. Celui-ci le compostera sur plusieurs mois et à l'automne ou au printemps, nous étalerons cet ''or noir'' dans le potager.
L'idée est aussi de désencombrer les poubelles des collectes collectives de leurs déchets verts, chargés d'eau, qui n'auraient vraiment pas besoin d'être incinérés.
C'est un petit geste, peut être symbolique, mais un de plus... pour consommer autrement.
Bien-sur, ne vous bilez pas, adoptez l'idée dans la mesure où elle reste pratique et agréable à suivre et à mettre en oeuvre chez vous.
 
La prose du potager - le printemps
Jeudi, 05 Avril 2012 20:44
Depuis une semaine, les paniers prennent les couleurs du printemps. Radis, blettes, épinards sont au rendez-vous.
Tous ces légumes ont besoin de chaleur et d'eau pour pousser.
Les serres sont essentielles en cette saison qui souffle le froid et le chaud. Nous pouvons même dire que tout ce qui est « légume vert » sort forcément des serres, en ce moment. Dans ces dernières se trouvent également, les futures carottes, les navets, les fèves et les oignons.
A la ferme nous utilisons des serres non chauffées dites « abri froid », elles sont en forme de tunnel et recouvertes de plastique transparent. Le choix de ne pas les chauffer à pour raison l'éthique et l'écologie, tant pis pour les tomates début juin.
En plaine, la vue du potager est bien morne ... Panais et poireaux jouent les anciens à côté des levées de semis nombreux mais timides des carottes, navets, betteraves, blettes et petits pois.
La salade aussi s'est installée dehors, sous une petite laine que l'on appelle voile de forçage pour les mettre à l'abri du froid de la nuit et limiter l'évaporation.
 
La prose du potager - L'arrosage
Jeudi, 29 Mars 2012 19:01
Le soleil est là et c'est tant mieux.
Malgré tout, comme le propre d'un paysan c'est de n'être jamais content au vu de la météo, nous pleurons déjà l'eau qui ne tombe pas. Même les incantations en l'honneur des divinités diluviennes ni font rien . Alors la technique nous vient en aide et dès ce lundi nous sortons nos tuyaux d'irrigations et asperseurs.
Nous installerons 2 600 m. de tuyaux en aluminium pour pouvoir arroser tout le potager. On appelle cela du quadrillage intégral.
Nous arrosons de trois façons :
– en goutte à goutte pour les tomates et dans les serres,
– en aspersion avec des petites cannes d'irrigation dans le potager,
– avec une bobine type grande culture pour les pommes de terres et les choux.
Les légumes demandent d'être bien suivis pour leurs besoins en eau. L'irrigation est un point essentiel pour les maraichers.
Tout en apprenant à utiliser l'eau avec bienveillance pour ne pas gaspiller, nous sommes amenés dès le mois de mars à démarrer l'arrosage.
 
La prose du potager - Les serres
Jeudi, 22 Mars 2012 08:39
Les mois de mars et avril sont des mois difficiles pour lesmaraîchers, les légumes se raréfient !!
Ceux d'hiver en réserve (pommes de terre, carottes, céleris, navets, ...) et dans ceux encore en terre (poireaux, panais, choux de Bruxelles, ...) ont leurs stocks qui s'épuisent.
Dans les serres, çà pousse mais doucement. Salades et épinards arrivent au compte-goutte, les radis roses tardent à grossir avec les nuits encore froides. Les fèves prennent de la hauteur sans se presser.
Au potager, depuis 20 jours nous installons une nouvelle serre pour accueillir les tomates au 15 avril, sur 32 m de long et 6,5 m de large.
Nous avons encore la bâche plastique transparente à installer... un jour sans vent.
Nous avons maintenant 4 serres de type tunnel.
Nous prévoyons de monter une autre serre pour cet automne si tout ce passe bien cette saison.
 
Visite de la ferme dans le vent
Mercredi, 14 Mars 2012 23:35

C'est bientôt la visite de la ferme dans le vent (dimanche 1er avril), je vous transmettrai les instructions pour les horaires et le trajet. Pour le pique-nique, nous pouvons nous répartir la tâche, dites moi ce que vous préférez préparer pour que je vérifie que nous n'ayons pas 9 tartes aux pommes... Nous sommes à priori 9 familles, pour les autres n'hésitez pas à vous manifester auprès de vos référentes. 

 
La prose du potager - Les animaux dans la ferme
Mercredi, 14 Mars 2012 23:24
Vous avez peut-être compris en lisant les précédentes proses, que nous avons des moutons. Ce sont nos producteurs d'engrais pour le maraichage. Ils représentent 10 tonnes de fumier par an.
Les agnelages démarrent à Noël mais ont été décalés cette année par la sécheresse de l'automne 2011.
Aout-septembre sont les mois de ''lutte'' chez les ovins. La lutte étant le terme imagé et agricole qui désigne cette période intense où les béliers sont très ''amoureux'' et les brebis fécondes. Celles-ci ont leurs chaleurs déclenchées entre autre par la décroissance des jours après le 21 juin.
Mais le manque d'herbe de l'été à fait se décaler la période des chaleurs et c'est pendant les grands froids de février que tous les agneaux sont nés. Il y en a 18 pour 17 brebis.
A la ferme nous avons aussi 8 ruches qui nous donne du miel de colza et toutes fleurs. Les abeilles sont là pour polléniser les fleurs du potager et principalement les courges.
Il y a aussi Zaza la vache normande, juste là pour c'est beau yeux et son fumier.
Et puis Jérôme et Polochon nos deux ânes gris, père et fils, présents pour leurs belles oreilles et leur production de, de ....fumier...Bravo, vous avez compris le rôle des animaux à la ferme !!
 
La prose du potager - la législation
Jeudi, 08 Mars 2012 18:47
La semaine dernière nous étions dans un dilemme, avons-nous le droit selon la législation française et européenne de semer, et donc de récolter et vendre, des variétés de plantes non inscrites au catalogue officiel des semences ?
Il s'agit de variétés de plantes anciennes, oubliées pour la plupart, qui ont été sélectionnées durant des siècles par les jardiniers et les paysans pour leurs qualités de rusticité, de goût, d'adaptation, de rendement à leur environnement.
Et cela sans l'arsenal de produits phytosanitaires, puisque cela n'existe que depuis le début du XX ème siècle, voire des années 50.
Nous avons la réponse à notre question !!!

Et cela par le jugement du 19 janvier 2012 de l'Association Kokopelli, a qui il était reproché de diffuser des semences non inscrites au catalogue officiel (pour plus d'infos, taper bastamag.net – rechercher, article Kokopelli)

Le jugement a invalidé l'interdiction de commercialiser des semences d'une variété non inscrite à ce catalogue. A ce jour, il est donc possible d'acheter des semences non inscrites et de vendre les produits de ces semences, à condition toutefois de ne pas revendiquer sur le marché le nom des variétés. Dans ce cas, nous serions obliger de prouver que nous vendons bien les produits de cette variété, ce qui n'est pas toujours simple..... voilà la subtilité : ne pas en faire de publicité !!!

Une variété est dite variété si elle répond aux normes de distinction, d'homogénéité et de stabilité des produits issus des semences. Et là, il nous faudrait vous faire un cour de botanique pour montrer que la reproduction des

plantes dans la nature ne se plie pas si facilement à notre monde normalisé.

Très concrètement cette année vous trouverez des variétés de légumes venant des semenciers défendant la biodiversité .... mais nous ne citerons pas la variété dont il s'agit, désolé....

 
La prose du potager - Le chou blanc
Jeudi, 01 Mars 2012 11:59
Cette semaine sont arrivées «au potager de la ferme dans le vent», les semences légumes et plants de pomme de terre pour le printemps.
Mais d'où viennent ces graines et tubercules ?
Nous nous fournissons auprès de producteurs et distributeurs ayant la certification bio, proposant des semences et des plants conduits en agriculture biologique.
Au potager, nous choisissons des semences et tubercules bio de chez trois distributeurs : l'un en Alsace pour l'essentiel des semences de variétés classiques ; l'autre en Anjou pour les légumes anciens, à découvrir ; le troisième, le producteur de plants de pomme de terre bio se trouve dans la région d'Orléans.
Nous ne produisons pas nos graines, c'est un autre savoir-faire, que nous préférons laissez aux professionnels pour l'instant.
Il y a un dernier acteur de la production et distribution de semences: c'est l'association Kokopelli, dont le but est la défense de la biodiversité et la préservation des plantes en voie d'extinction.
Cette année, nous souhaitons commander à Kokopelli des graines de variétés anciennes, originales et intéressantes pour leur goût.
Mais actuellement, selon des informations de producteurs qui s'y sont essayés, nous ne pouvons vendre des légumes dont les semences ne sont pas inscrites au Catalogue Officiel des Semences, ce qui est le cas des variétés Kokopelli. Alors, nous nous renseignons auprès des collègues et des militants de la cause pour savoir si la législation nous permettra de le faire. Affaire à suivre.....
 
La prose du potager - Engrais Panais
Lundi, 27 Février 2012 16:08
Les vols d'oies sauvages remontent vers le Nord depuis quelques jours. Le printemps les talonne.
Dans les champs, c'est le moment d'épandre l'engrais. En bio ou en conventionnel, ce travail se fait le matin sur sol gelé si c'est possible, pour ne pas marquer le sol avec le poids du tracteur. Mais qu'est-ce que cet engrais que l'on épand sur le sol ? Les plantes ont un besoin important en azote, potasse et phosphore.
En agriculture biologique si l'on apporte de l'azote, elle doit être sous forme d'azote organique (d'origine animale ou végétale). Cette forme d'azote, que l'on trouve dans le fumier et les déchets végétaux, est moins vite utilisable par la plante et moins lessivable (moins polluante) dans le sol que l'azote chimique utilisée en conventionnel.
Mais l'azote qu'elle soit organique ou minérale, est polluante. La législation nous demande donc une traçabilité de l'azote utilisée. Pour cela nous tenons à jour un cahier d'épandage. Nous y justifions les quantités apportées à partir d'une analyse des sols faite chaque hiver dans toutes les parcelles de terre.
Pour le maraichage, nous utilisons de l'engrais organique et le fumier de nos moutons, préalablement composté.
 
La prose du potager - le redoux
Jeudi, 16 Février 2012 22:43
Le redoux dans la gadoue ! (c'est pour la rime mais c'est une réalité ici).
Nous attendrons la semaine prochaine pour reprendre l'arrachage des poireaux et peut-être des panais. Pour l'instant le gel est encore en profondeur.
Nous avons profité de cette période sibérienne pour rendre visite à un collègue bio de Sologne, près de Blois, Jean-Michel Morand à St-Claude-en-Diray.
Jean-Michel est adhérent du groupement de producteurs Valbio Centre. Ses sols lui ont permis de se lancer, il y a quelques années dans une culture peu banale, l'Igname de Chine. A ce jour, la commune de St-Claude est l'unique endroit en France à produire de l'igname.
Cette culture ne sera jamais fait à «La Ferme dans le Vent», les terres y sont trop lourdes. C'est pourquoi, nous avons voulu vous faire gouter ce légume.
L'igname remplace de façon originale la pomme de terre ou la patate douce. C'est un légume exotique qui fournit plusieurs
vitamines et minéraux. Les antioxydants qu'elle contient procureraient aussi plusieurs bienfaits sur la santé.
 
La prose du potager - la neige
Jeudi, 09 Février 2012 07:53
Que ce passe-il donc au potager quand la neige et les grands froids s'y installent? Comme une petite ruche, la vie vrombit encore mais surtout à ''l'abri'' dans les granges. Trier les pommes de terre et les carottes avec 2 paires de chaussettes et autant de pulls.
La préparation des paniers se fait dans la grange prés de la chaufferie... le lavage est moins douloureux.
C'est aussi le temps des naissances chez les brebis, et là naitre par -10°degrés ce n'est pas l'idéal. Sept agneaux ont pointé leur nez depuis une semaine.
Cette semaine, nous avons sorti le soleil en bouteille : Le jus de tomate, 100% pur jus.
De bon matin, cette été, nous sommes parti avec les excédents de tomate sous le bras, dans le Perche, à l'atelier de la Reinette Verte à Préau au Perche pour extraire la quintessence de nos tomates.
La voici, sans conservateur ou tout au moins juste un filet de citron pour avoir un pH suffisamment acide qui stabiliser le jus.
En soupe chaude ou froide avec une pincée de sel de céleri, c'est Byzance. Par curiosité, allez découvrir la Reinette Verte sur internet avec une série d'articles sur cette association peu banale.
Vous trouverez une courge (giraumon ou potimarron), testez la recette ...
 
La prose du potager - les topinambours
Jeudi, 02 Février 2012 06:40
Depuis deux semaines, certains d'entre vous, nous réclament à corps et à cris (enfin presque...) des topinambours et des panais.
Et bien çà y est, nous attaquons les premières récoltes de ces légumes racines.
Et tout cela grâce à une petite annonce internet de vente de matériel d'occasion, qui propose une souleveuse.
C'est quoi une souleveuse ?
C'est une grosse cuillère attelée au tracteur qui aide à soulever le sol, pour en extraire les légumes racines. Fini le travail avec une bêche et des bottes qui restent plantées dans la terre boueuse.
Un travail plus facile et plus rapide, le luxe quoi !!
Mercredi, nous partons en Seine et Marne chercher la dite souleveuse.
Sans cette fée métallique, vous pouvez imaginer le peu d'enthousiasme que nous avions à régaler les amateurs de ces légumes récalcitrants.
Donc cette semaine, nous commençons par les topinambours.
A petite dose, pour ne pas mettre à mal les personnes aux intestins délicats. Le topinambour, de la famille de la tomate et des tournesols, peux créer quelques tourments digestifs.
Suivez la recette, consommez avec modération et laissez parler votre palais.
Bon appétit
 
La prose du potager - les poireaux
Dimanche, 29 Janvier 2012 19:23
Cette semaine, vous trouverez, dans votre panier, poireaux et légumes secs (lentilles et flageolets).
Un panier d'hiver en cette saison, rien de plus normal.
La météo annonce l'arrivée du froid pour la semaine prochaine.
Pour nous, c'est du pain béni.
Le froid est important pour prolonger la conservation des stocks dans la grange mais aussi pour réguler l'état sanitaire de la terre du potager.
Pour nos poireaux, ayant des terres lourdes et collantes, la récolte est toujours longue et laborieuse. Nous soulevons les poireaux avec une lame attelée au tracteur puis à la main, nous taillons les racines avec leur kilo de terre et effeuillons les tiges de toutes les feuilles abimées. De retour du champs, place aux grandes eaux pour laver la terre restante et collante.
Avec les légumes secs, l'affaire est plus simple. Tout est en stock. La récolte s'est faite cette été avec une moissonneuse
batteuse classique comme pour récolter le blé.
Si les lentilles n'ont pas besoin d'être trempée pour être consommée, les haricots secs doivent passer par un trempage
de 12 heures environ ...une nuit par exemple.
Bon appétit
 
La prose du potager - les saisons
Jeudi, 19 Janvier 2012 22:24
Enfin le froid...très bon pour la conservation des légumes stockés, moins bon pour les doigts de l'équipe du potager. On ne peux pas tout avoir.
Cette semaine, nous allons démarrer les semis de carottes, navets et radis glaçon dans les serres. Ainsi, la mache laisse la place aux primeurs, qui laisseront la place aux concombres et courgettes fin mai... si tout va bien.
Le planning des primeurs, qui se fait dans les serres pour notre région, est un exercice difficile. Pour utiliser au mieux les serres, il nous faut penser à la durée de culture mise en place afin de définir la date probable d' implantation de la culture suivante.
Et tout cela en vérifiant si les dates de semis prévues sont compatibles ou non avec les saisons.
 
Par exemple :
fin juin, ce n'est plus la peine de planter des courgettes sous serre, elles poussent très bien dehors à cette
saison.
Des carottes semées début mars, ne seront prêtes que début juillet et là, il n'y a plus rien à replanter dans la serre en été si l'on veut être opérationnel pour les plantations d'automne sans être gêné par une culture qui n'en fini pas de pousser.
Si vous n'avez rien compris dans ce charabia potager, vous pouvez comprendre la difficulté de l'exercice que revête '' le planning des cultures'' pour tout maraicher.
 
La prose du potager - la courge giraumon turban
Jeudi, 12 Janvier 2012 08:37
Cette semaine vous trouverez une courge Giraumon turban. La majorité de nos courges sont trop grosses et nous les avons coupées en deux. Nous vous avons mis une recette piochée dans ptitchef.com.
Le navet boule d'or est au programme. Les gourmets le préfèrent au navet violet que vous connaissez.
La vie hivernale du potager se passe principalement dans la grange, où nous trions et préparons les paniers.
C'est aussi le moment des commandes de plants et des graines pour toute l'année.
Choix des cultures et des variétés à faire ou ne plus faire.
Recherche, dans les catalogues des semenciers, des curiosités légumières à vous faire découvrir, mais aussi des variétés de légumes de base les plus adaptées à la terre de Beauce (riche mais lourde et froide).
Ce temps doux est idéal pour le travail mais les légumes stockés dans les granges aiment moins. Leur conservation devient difficile.
 
La prose du potager - le radis noir
Dimanche, 08 Janvier 2012 16:24

Si les légumes pouvaient parler en ce début d'année, ils vous souhaiteraient de gouleyant repas tout au long de ces 366 jours que compte l'an nouveau, et beaucoup de plaisirs à vos papilles délicates. L'équipe du potager se joint à eux.

Cette semaine, vous trouverez le radis noir.

''Long poids d'horloge'' ou ''Rond d'hiver'', il remplace en cette saison, les petits radis roses traditionnels. Outre qu'il se conserve bien même entamé, il s'accommode de plein de manière.

Cru en rondelles très fines, sel et pain beurré ou bien accompagné de carotte et de betterave, le tout rappé.

En crudité encore, en Carpaccio, déposé dans le fond d'un plat, recouvert d'huile d'olive, sel et poivre, avec un petit filé de citron. A consommer le lendemain.

Cuit comme des chips en tranche très fines.

De toutes les façons, il doit être épluché.

Le radis noir est utilisé pour ses vertus nettoyantes de l'organisme . C'est aussi un tonifiant pour le foie.

Après les fêtes, c'est un ami sincère...et naturel.

Nous vous proposons de découvrir cette semaine un chou frisé et une recette.

 
La prose du potager - Le poireau
Jeudi, 15 Décembre 2011 22:04

Légume originaire d'Europe méridionale, des générations de jardiniers sélectionneurs ont cherché à lui donner une taille qui récompense les efforts à faire pour l'arracher au potager. Malabare d'hiver, Gros jaune du Poitou,

Monstrueux de Carentan ou bien Géant d'hiver race Goliath... voici les noms de variétés anciennes qui ne cachent pas leur prétention.

Aujourd'hui, la variété Shelton, que vous trouvez dans votre panier est plus récente.

Sélectionnée sur sa résistance aux maladies et insectes, sa facilité d'épluchage et sa sensibilité au grand froid, cette variété moderne nous donne une plante qui se tient bien droite avec une épaisseur de feuilles importante.

Parfait pour préparer soupe et pot-au-feu, elle se prête moins au divin «poireau vinaigrette».

Pour ce faire, au potager nous avons testé une de ces anciennes variétés, «le bleu de Solaize», et là effectivement ce poireau est une merveille... dans l'assiette.

Par contre au potager, s'il est beau à regarder mais très dur à arracher !!

Les mouches du poireau s'y sont toutes données rendez-vous, les fibres végétales sont molles et la plante se répand comme un adolescent sur une table à l'heure de faire ses devoirs.

Mais pour votre bonheur de les manger en vinaigrette, nous sommes prêts à quelques sacrifices... et comme l'attente est la moitié du plaisir, ces cher «bleu de Solaize» vous les trouverez dans un panier de janvier !!

Pour l'heure nous vous souhaitons bon appétit et surtout de bonnes fêtes de fin d'année.

Ce panier étant le dernier de l'année, le prochain sera le 5 janvier 2012.

Depuis le 11 decembre « au potager de la ferme dans le vent » a rejoint le réseau Facebook. Vous y trouverez des informations et de nombreuses photos sur nos activités.

Nous comptons sur vous pour aller visiter et commenter, et si vous aimez, partager cette page avec vos amis. D'avance merci de votre soutien.

 
La prose du potager - Carole
Vendredi, 09 Décembre 2011 22:58

Je me présente : Carole.

Je suis tête de mule, râleuse et toujours de bonne humeur. Il faut dire qu'avec Damien et Denis, il vaut mieux savoir rire. Nous formons, je pense, une bonne équipe qui sait travailler efficacement en s'amusant. A propos de ces messieurs, je leur ai donné à chacun un surnom : Damien est Fantomas (un coup là et hop !! Il disparait) Denis c'est le clown (toujours le 1er à faire des jeux de mots ou sortir des blagues). Heu...., je ne sais pas comment ils me surnomment, mais je me doute.

Voilà pour la présentation. Maintenant, je vais vous parler de mon travail :

La première chose que je fais le lundi matin en arrivant à la ferme, c'est voir le programme de la semaine. Je fais l'inventaire de ce qu'il reste dans les frigos et dans la grange. Je fais la liste des récoltes et l'emploi du temps quand je peux, car souvent ces messieurs me font râler à tout changer ou presque. Rassurez-vous, ils me connaissent bien et font souvent exprès juste pour leur plaisir. Et quand je les vois rire, je comprend et je ris aussi.

Ensuite, je fais une des choses que j'aime le plus : aller au champ et couper, cueillir, arracher tous les légumes dont vous allez apprécier le goût et la qualité. Je ne suis pas seule évidemment. Yvan, Jordan sont présents pour m'aider. Damien et Denis viennent aider aussi quand il y a trop de récoltes à faire, surtout en été.

Ensuite, il y a le tri et le lavage des légumes. Et pour finir, la pesée et la mise en sachet ou en cagette afin que je puisse vous livrer les légumes dans de bonnes conditions. La livraison chez Claire est aussi un moment que j'aime beaucoup.

Voilà, je ne vous ennuie pas plus longtemps, mais je tiens aussi à vous souhaiter de très bonnes fêtes de fin d'année et surtout un bon appétit.

Carole.

Deux nouvelles qui ont leur importance :

  • Depuis le 1er Décembre, l'adresse mail du potager a changé. Maintenant si vous souhaitez correspondre avec nous pour des informations, des commandes de légumes ou nos paniers garnis : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.   Mais ne vous inquiétez pas, les légumes ne poussent pas dans un cyber-potager et nous sommes toujours là en chair et en os.
  • En ce qui concerne le marché du potager, en plus du samedi matin de 9h à 12h30, il est également ouvert depuis la semaine dernière, le mercredi en fin de journée de 16h30 à 19h00, venez nombreux nous voir.


 
La prose du potager - Petite lecon sur la pomme de terre
Jeudi, 01 Décembre 2011 19:39

Petite leçon sur la pomme de terre pour s'y retrouver

Nous venons de terminer l'arrachage de toutes nos pommes de terre et nous en profitons pour rappeler les façons de cuisiner des différentes variétés que nous vous proposons.

Les pommes de terre sont classées en trois catégories selon leurs qualités à la cuisson.

Mais pour simplifier, nous vous proposons de les découvrir au travers de deux classes :

la pomme de terre à chair ferme du potager :

elles ont une bonne tenue à la cuisson et elles sont recommandées pour les cuissons à la vapeur, à l'eau et la cuisson à la poêle

Dans cette catégorie, vous trouverez les variétés CHARLOTTE, BELLE DE FONTENAY et la RATTE

la pomme de terre de consommation du potager :( aussi dite à chair tendre )

Ces variétés sont adaptaient à la cocotte ,au four mais surtout pour les purées, les soupes et les frites.

Elles ont tendance à se déliter à la cuisson.

Dans cette catégorie, vous trouverez les variétés BINTJ et la NOISETTE etc...

D'autres variétés sont dites polyvalentes. Elles sont entre les deux catégories ci-dessus.

Elles tiennent à la cuisson à l'eau et font des frites appréciable comme la ROSABELLE mais aussi la BINTJ .

Ainsi, une charlotte en purée, donnera une consistance collante, alors qu'une Bintj fera une excellente purée.

Vous trouverez moult et simples informations, sur le site cnpt.com et cliquer sur variétés puis sur le tableau. Et là vous avez tout ce dont vous avez besoin à la cuisine !

Cette année nous avons testé pour la première fois, la Rate et la Vitelotte .

Deux mots sur cette dernière : Elle est Bleu encre . très sèche et recherchée pour son exotisme.

Vous la testerez prochainement

Voici dans le panier de cette semaine, les premiers choux de Bruxelles du potager

Plantés le 8 juin, à la mode de chez nous, ces choux nous arrivent en plants, de Vendée.

C'est là que nous avons trouvé les plus beaux plants et ceci est important pour la réussite de la culture.

Ce 8 juin, fut un grand jour. Et sans appel... Douze mille petits plants de choux y trouvèrent une place dans le potager.

A quatre pattes, l'index de la main en guise de plantoir, nous étions 8 personnes sur la parcelle préparé à cet effet.

Choux de Bruxelles, choux rouge, choux vert lisse, frisés de Pontoise, frisés de Milan, choux fleurs, romanesco et enfin choux brocoli tout y est passé.

Vous ne mangerez pas tout. C'est promis. Beaucoup sont prévu pour le groupement de producteurs Val Bio Centre dont nous faisons parti.

Ah au faite, pour les choux de Bruxelles, la récolte c'était mercredi et elle va se poursuivre jusqu'après le mois de février.

 

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 5
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack